ISTA


retour

Dialogues d'Histoire Ancienne. Supplément 15
Auteur : Madalina DANA, Franck PRÉTEUX
Lieu d'édition : Besançon
Année de parution : 2016
Nombre de pages : 318p.
ISBN : 9782848675435
Format : 16 x 22cm
Langue : Français

Cairn
PUFC

[Sommaire]
Madalina Dana, Franck Prêteux, Introduction p. 9-15

I. Peuples et territoires
Alexandre Baralis, L’aventure coloniale éolienne dans le nord de l’Égée. Un facteur décisif dans l’ouverture de l’Hellespont à la présence grecque ?, p. 19-46
Dan Dana, Onomastique indigène à Byzance et à Cyzique, p. 47-68
Stéphane Lebreton, Des représentations des Détroits, p. 69-94

II. Productions artisanales, spécificités régionales
Pierre Dupont, L’artisanat potier des Détroits à l’époque grecque : état de la question, p. 97-108
Michel Sève, Autour de la production de stèles funéraires dans la région des Détroits, p. 109-130

III. Identités civiques et culturelles
William Pillot, Ilion, Athéna Ilias et les Détroits, d’Alexandre le Grand à Antiochos III. Identité régionale d’une communauté politique et de son sanctuaire, au carrefour d’influences européennes et asiatiques, p. 133-170
Madalina Dana, Histoire et historiens de Propontide et de Bithynie : mythes, récits et identités, p. 171-240
François de Polignac, Paysages maritimes et monuments « signalétiques » : le Kynosèma de Chersonèse, p. 241-250
Adrian Robu, Associations dionysiaques, communautés rurales et cultes à Byzance à l’époque impériale, p. 251-266
Franck Prêteux, Des cités sans commerçants ? Échanges et relations commerciales dans les cités des Détroits, p. 267-288

Alexandru Avram, Conclusion, p. 289-294

Index, p. 295-303
Résumés, p. 305-311

[Contents]
La rencontre scientifique à l’origine de cet ouvrage rend compte de l’intérêt actuel pour une région longtemps négligée par les historiens, à savoir la Propontide et les Détroits. Le volume se propose de montrer que, au-delà à la fois des réalités géographiques concrètes et des cartes mentales, il est possible d’identifier un élément fédérateur, qui se traduit par un certain sentiment d’appartenance. Le principal point d’intérêt est la construction d’une « identité régionale », dans les conditions où, précisément, les limites de la région ne sont pas clairement posées. Ce travail sur la délimitation de l’espace représente par ailleurs l’un des enjeux principaux de cette publication.

Descriptif du collectif
  • Auteurs : Franck PRÉTEUX, Madalina DANA
    Introduction


  • Auteur : Alexandre BARALIS
    L’aventure coloniale éolienne dans le nord de l’Égée. Un facteur décisif dans l’ouverture de l’ Hellespont à la présence grecque ?
    [Résumé]

    L’existence d’ une tradition attribuant une double fondation à certaines colonies de Propontide et du sud de la mer Noire constitue un obstacle majeur pour la compréhension du cadre chronologique au sein duquel se déploie la présence grecque dans les Détroits. En l’absence de fouilles archéologiques régulières dans l’Hellespont, il apparaît essentiel de reconsidérer la pénétration grecque dans cette région à la lumière des réseaux d’échanges qui se développent dans le nord de l’Égée à partir du IXe siècle av. J.-C. Ceux-ci permettent en retour de saisir le contexte général dans lequel s’opère l’installation des premiers colons autour de ses rives.

  • Auteur : Dan DANA
    Onomastique indigène à Byzance et à Cyzique
    [Résumé]

    La place et le statut des indigènes dans les territoires de confins et de passage, comme Byzance et Cyzique, constituent un sujet qui ne fait pas l’unanimité. Cité grecque pour la plupart des historiens, cité thrace ou « thracisée » pour d’autres, le cas de Byzance est révélateur pour les enjeux idéologiques des savants modernes et pour l’utilisation circonstancielle des sources. La présence de deux onomastiques indigènes légèrement différentes, à savoir thrace et bithynienne, différenciation désormais évidente, suggère la complexité intrinsèque de cette région. Cyzique, cité majeure de la côte méridionale de la Propontide, avec une extension territoriale remarquable, est marquée par une plus grande complexité des rapports avec les populations indigènes (Mysiens, Bithyniens, Thraces, Phrygiens). Une nouvelle analyse onomastique, qui exploite les outils les plus récents, permettra de mettre en évidence l’intérêt des occurrences de noms indigènes dans un espace de rencontre privilégié entre populations indigènes et hellénisme.

  • Auteur : Stéphane LEBRETON
    Des représentants des Détroits
    [Résumé]

    Cet article s’intéresse à l’évolution du regard porté sur les Détroits par les Anciens. Il semble qu’entre le IIe siècle et le début du IVe siècle les représentations de cette région changent peu à peu. Traditionnellement considérés comme une zone de rupture géographique entre deux continents, les Détroits sont perçus de plus en plus comme un lien qu’il faut protéger lors des guerres civiles. Les périodes de troubles entre le IIIe siècle et le début du IVe siècle semblent avoir joué un rôle déterminant dans cette construction mentale aboutissant à l’installation de résidences impériales. De périphériques, les Détroits sont pensés comme un centre, déterminant une modification des discours au IVe siècle.

  • Auteur : Madalina DANA
    Histoire et historiens de Propontide et de Bithynie : mythes, récits et identités
    [Résumé]

    Cette contribution se propose d’aborder l’histoire culturelle de la région des Détroits, plus précisément l’histoire locale et l’histoire grecque universelle dont certains épisodes concernent la Propontide et la Bithynie. Après avoir identifié les acteurs, on s’est interrogé sur la place qu’occupe ce domaine du savoir dans l’histoire intellectuelle de la région. Le deuxième volet a été consacré à l’écriture de l’histoire, qui laisse une part importante aux héros, aux fondations et aux populations locales. À partir de ces aspects, nous avons mis en évidence le rôle de l’histoire et des historiens dans la construction d’une identité régionale, ainsi que la place accordée à l’histoire universelle. Ces acquis nous ont permis de focaliser notre attention sur l’unité géographicohistorique qui pouvait ressortir de ces ouvrages et sur une possible communauté des mythes et des traditions culturelles.

  • Auteur : Pierre DUPONT
    L’artisanat potier des Détroits à l’époque grecque : état de la question
    [Résumé]

    Dans le cadre d’un programme archéométrique sur l’origine des céramiques grecques orientales archaïques, lancé au Laboratoire de Céramologie de Lyon au début des années 1980, un groupe géochimique homogène rassemblant des céramiques archaïques du style des Chèvres Sauvages de la phase « Middle Wild Goat II » de R. M. Cook, des coupes ioniennes de forme Villard B1, des bols ioniens du type à yeux, ainsi que des précurseurs des fish-plates classiques, a pu être individualisé à partir de tessons d’Histria et de Berezan. D’abord désigné sous l’appellation de « Ionie du Sud 3 » par référence au « Middle Wild Goat » de Milet, nous l’avons attribué dans un second temps à un centre des Détroits, dès que nous avons pu disposer d’un réseau de références spécifique sur l’Hellespont. Ce centre semble avoir poursuivi ses activités au IVe siècle av. J.-C. avec des vases à vernis noir exportés en mer Noire, comme cela a été mis en évidence dernièrement, toujours par les analyses de laboratoire, à Mésambria.

  • Auteur : Michel SÈVE
    Autour de la production de stèles funéraires dans la région des Détroits
    [Résumé]

    Les stèles funéraires, rarement étudiées pour leur forme, sont le plus souvent carrées ou d’une proportion voisine de 1: 2. Sur la côte sud de la Propontide, les « Stockwerkstelen », beaucoup plus hautes, décorées en plusieurs registres, prennent la suite des stèles gréco-perses de Daskyleion. En Thrace intérieure et à Philippes, d’autres se rapprochent de stèles d’Italie du Nord, sous l’effet des contacts avec les Romains. C’est l’iconographie qui rapproche ces deux séries. La région des Détroits est donc d’une complexité culturelle plus grande qu’on ne l’imagine.

  • Auteur : William PILLOT
    Ilion, Athéna Ilias et les Détroits, d’Alexandre le Grand à Antiochos III. Identité régionale d’une communauté politique et de son sanctuaire, au carrefour d'influences européennes et asiatiques
    [Résumé]

    La cité d’Ilion et son sanctuaire d’Athéna Ilias constituent un bon laboratoire d’observation de l’identité civique et de la culture régionale dans la région des Détroits. Ce sanctuaire, de nature à la fois civique et fédérale, est situé sur le territoire de la cité d’Ilion et se trouve sous son contrôle direct, mais les Panathénées qui s’y déroulent sont organisées par l’ensemble des cités membres du koinon d’Athéna Ilias. Celui-ci regroupe des cités de Troade mais aussi d’au-delà, jusqu’à Chalcédoine dans le Bosphore. La nature, le fonctionnement, la composition ethnique et l’étendue géographique de ce koinon permettent donc de questionner le concept de culture régionale appliqué à la région des Détroits.

  • Auteur : François DE POLIGNAC
    Paysages maritimes et monuments « signalétiques » : le Kynosèma de Chersonèse
    [Résumé]

    Tous les détroits constituent un milieu où la question de la visibilité des monuments et sanctuaires depuis la mer se pose avec le plus d’acuité. De manière générale, tous les sanctuaires proches de la mer ne sont pas nécessairement faits pour être vus ou abordés depuis l’espace maritime. Dans la catégorie de ceux qui ont effectivement une fonction de signal, d’amer, se détache un groupe de « monuments du chien » dont le mieux documenté est le Kynosèma de Chersonèse. L’implantation du monument sur une avancée de la côte, son association à la légende d'Hécube, les connotations hécatéennes de plusieurs de ces monuments qui posent la question de leurs relations aux divinités phosphoroi, montrent la richesse de significations d’un monument tout à la fois gardien du passage et objet de regard en un point particulièrement remarquable des Détroits.

  • Auteur : Adrian ROBU
    Associations dionysiaques, communautés rurales et cultes à Byzance à l’ époque impériale
    [Résumé]

    L’article se propose d’examiner le rôle des associations dionysiaques et des communautés villageoises dans la diffusion des pratiques civiques et religieuses à Byzance à l’époque impériale. De même, l’enquête permet de connaître les magistratures des divers groupes et de les comparer à celles de Byzance : dans tous les cas, les thiases et les villages célèbrent des divinités locales et reproduisent, à leur échelle, les institutions de la cité. On peut citer, entre autres, l’exemple du village des « Premiers Mysiens », dont les membres se réunissaient autour du culte de Zeus Pratomysios. Comme l’indique le nom, le groupe se forge une identité locale dans les campagnes de la Mysie, qui ne doit pourtant pas être dissociée de l’identité civique, car les institutions de Byzance (le magistrat éponyme, certaines subdivisions civiques) sont mentionnées dans un décret honorifique émanant de cette communauté.

  • Auteur : Franck PRÉTEUX
    Des cités sans commerçants ? Échanges et relations commerciales dans les cités des Détroits
    [Résumé]

    De l’avis des Anciens, les Détroits étaient un axe de circulation commerciale majeur entre l’Égée et le Pont-Euxin. Or, le corpus épigraphique des cités du littoral de la région des Détroits a livré peu de cas d’individus qualifiés du titre d’emporos ou de naucleros. On en est alors réduit à se demander si les cités des Détroits ont joué un rôle passif dans les échanges maritimes et terrestres dans la région. Nous proposons de réévaluer la place du commerce et des échanges dans le cadre civique régional et l’accueil fait par la cité aux commerçants, en nous appuyant sur le dossier épigraphique des activités de taxation et des privilèges concédés aux acteurs des échanges.