ISTA


retour

Le Premier Saint Augustin
Auteur : Stéphane RATTI
Lieu d'édition : Les Belles Lettres
Année de parution : 2016
Nombre de pages : 352p.
ISBN : 9782251446103
Format : Livre broché
Langue : Français


[Sommaire]
Avant-propos

Chapitre 1. Un triple héritage : punique, grec et romain
Chapitre 2. L'école de la souffrance
Chapitre 3. La chair interdite
Chapitre 4. Les poires de Freud
Chapitre 5. Rencontres d'Augustin avec le paganisme
Chapitre 6. Le théâtre des païens
Chapitre 7. Rencontre et renvoi de la femme inconnue
Chapitre 8. Hierius, orateur païen et premier amour intellectuel d'Augustin
Chapitre 9. Les causes du départ de 383 : l'appel de la paideia
Chapitre 10. L'impasse sur Rome et retour à Cicéron
Chapitre 11. Rencontre de Symmaque
Chapitre 12. La compromission de Milan
Chapitre 13. 385-386 : deux années cruciales
Chapitre 14. Une conversion littéraire et polémique
Chapitre 15. Un éternel étudiant : Cassiciacum
Chapitre 16. Retour à Thagaste (388-391) : une rupture avec la paideia ?
Chapitre 17. Mars 391 : premier prêche et derniers doutes
Chapitre 18. Augustin et saint Jérôme : les frères ennemis
Chapitre 19. 395 : Le rappel à l’ordre de Licentius et la fin de l’emprise de la paideia
Chapitre 20. Augustin face à ses publics

Épilogue en trois actes
Premier acte : Augustin face aux provocations de Volusianus
Deuxième acte : L’ultime assaut de la paideia
Troisième acte : Un débat néoplatonicien


Chronologie
[Contents]
Un manuscrit médiéval montre deux Augustin offrant un volume des Confessions à Dieu. L'un tient l’extrémité du rouleau des mémoires qu’il confesse à son Seigneur. L’autre, à la droite du Maître, porte une mitre et une crosse : c’est l’Augustin d’après 395, date de son élévation à l’épiscopat. Celui-ci en est l’auteur. Celui-là en est le sujet et la matière.

Peut-on légitimement parler de deux Augustin ? Le premier qui serait l’homme d’avant 395, amoureux de la culture classique, et le second, devenu pleinement chrétien, qui serait l’évêque ?

Dans cette biographie nourrie de récits qui l’apparentent à une véritable enquête, Stéphane Ratti part à la recherche du moment où Augustin a définitivement quitté ses habits d’intellectuel et renoncé aux charmes païens des études libérales pour devenir chrétien.

Loin des habituelles hagiographies, Ratti considère l’homme avant le saint, le « premier Augustin ».
Car la conversion au jardin de Milan, dont il propose une lecture renouvelée, ne fut sans doute pas décisive, et la rupture plus tardive qu’on ne le pense.