ISTA


retour

Ipse dixit. L’autorité intellectuelle des Anciens : affirmation, appropriations, détournements
Auteur : Maria Teresa SCHETTINO, Céline URLACHER-BECHT
Lieu d'édition : Besançon
Année de parution : 2017
Nombre de pages : 234p.
ISBN : 9782848675770
Format : 16 x 22cm
Langue : Français

PUFC

[Sommaire]
Maria Teresa Schettino, Avant-propos

Céline Urlacher-Becht, Introduction. L’autorité intellectuelle des Anciens : les enjeux de la « transmission »

PREMIÈRE PARTIE
Non noua, sed noue
Le détournement de l’autorité des Anciens dans l’Antiquité tardive

Christophe Guignard, La magie d’Homère. Autour d’un faux homérique au temps des Sévères (P.Oxy. 412 = Julius Africanus, Cestes, F10)
Margarida Maria De Carvalho, Politique et culture dans l’Antiquité tardive : l’empereur Julien et le Contre Julien de Grégoire de Nazianze
Michele Cutino, Ambroise de Milan et l’otium negotiosum de Scipion l’Africain (Cic., off. III, 1, 1-4). Pour une interprétation de De officiis ministrorum III, 1, 1-7
Giuseppe Zecchini, L’usage de la citation chez Orose

SECONDE PARTIE
L’auctoritas des historiens anciens à l’époque humaniste

Pascal Payen, Les historiens anciens comme autorités. Repères XVe-XIXe siècles
Marie-Laure Freyburger, La transmission humaniste de Dion Cassius
Céline Urlacher-Becht, Les sources de Conrad Lycosthène dans son édition restituée du Prodigiorum liber de Julius Obsequens
Olivier Guerrier, Quelques traits singuliers du Plutarque « historien » dans l’humanisme français
Lucie Claire, Autour de la notion de prudentia chez quatre commentateurs latins de Tacite de la décennie 1580-1589 : Lipse, Muret, Pasquali, Scotti

[Contents]
Ce volume réunit des contributions portant sur le détournement de l’autorité des Anciens dans l’Antiquité tardive et la réception des historiens antiques à l’époque humaniste. Leurs auteurs, spécialistes d’histoire, de philologie ou de théologie, y engagent une réflexion critique et novatrice sur l’autorité intellectuelle des Anciens, en s’intéressant non seulement à son affirmation, mais aussi à ses réappropriations et à ses détournements par le biais des citations et des arguments d’autorité.