ISTA


retour

Le récit de guerre comme source d’histoire, de l’Antiquité à nos jours
Auteur : Jean-Christophe COUVENHES, Giusto TRAINA, Pierre COSME, Sylvain JANNIARD, Michèle VIROL
Lieu d'édition : Besançon
Année de parution : 2022
ISBN : 9782848678696


[Sommaire]
Introduction générale
Pierre COSME, Jean-Christophe COUVENHES, Sylvain JANNIARD, Giusto TRAINA, Michèle VIROL


Première partie : Le récit de guerre, source et genre


Présentation de la première partie : Le récit de guerre, source et genre
Michèle VIROL

A- Réécritures et reconstructions des faits dans le récit de guerre

La violence imposée aux Galates vaincus : le récit des grandes et petites offrandes attalides dans le seconde moitié du IIIe siècle avant J.-C.
Jean-Christophe COUVENHES

Raconter le combat singulier au Moyen Âge : une tâche impossible ?
Sergio BOFFA

Une guerre qui ne tue pas, ou si peu… Les blessures et la mort dans le Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français (1794)
Michel BIARD

Masquer la défaite ? L’interruption des combats par les éléments naturels dans les récits des guerres romaines archaïques (VIe-début du IIIe siècle avant J.-C.)
Mathieu ENGERBEAUD

B- Les libertés du récit et les faits de guerre

Les silences des récits de guerre autour d’Actium
Pierre COSME

L’œil du militaire, l’œil du civil : lectures strabiques de la guerre de Chypre (1570-1571)
Gilles GRIVAUD

Guerra, violenza, “composizione” nelle fonti manoscritte su Gian Giacomo Trivulzio, maresciallo di Francia (Crema 1442-Chartres 1518)
Marino VIGANO

C- Le récit de guerre comme genre

Le récit de guerre dans l’Antiquité (1) : pistes pour une analyse linguistico-sémiotique
Jean-Michel CARRIE

Le récit épistolaire du siège de Metz (1552) par le duc de Guise ou la valorisation de soi
Eric DUROT

De la construction de la source à la construction de soi : le récit de guerre dans les Mémoires et Souvenirs d’officiers français au XVIIIe siècle
Fadi EL HAGE

Synthèse de la première partie : Dire la guerre, décrire la guerre ?
Sylvie CROGIEZ-PETREQUIN


Deuxième partie : La violence des soldats dans le récit de guerre


Présentation de la deuxième partie : La violence des soldats dans le récit de guerre
Sylvain JANNIARD

A- Combats, combattants et violences de guerre

Violences des rebelles et violence des répressions en Égypte au tournant des IIIe et IIe siècles avant notre ère
Anne-Emmanuelle VEISSE

Violences de la retraite infernale, les armées de la Loire 1870-1871
Jean-Marc LARGEAUD

Les cavaliers chasseurs de têtes de l’armée romaine : nouveau regard sur la documentation d’époque impériale
Maxime PETITJEAN

Les fédérés dans l’exercice de la violence de guerre durant l’Antiquité tardive
Guillaume SARTOR

B- Normes et violences de guerre

Des crânes et des piles d’ossements, ou la marche forcée vers l’État au Proche-Orient préhistorique
Pascal BUTTERLIN

La mise en image des violences guerrières : lectures croisées de représentations étrusques et italiotes (VIe-IIIe siècles avant J.-C.)
Natacha LUBTCHANSKY, Claude POUZADOUX

The Attitude of the Soldiers in Warfare as Reflected in the Byzantine Sources (9th-12th Centuries)
Athina KOLIA-DERMITZAKI

Normes et violence de guerre dans l’épopée et l’historiographie grecque (d’Hérodote à Polybe)
Pascal PAYEN

C- La violence des combattants au filtre des sources

La violence des soldats à Byzance (IXe-Xe siècles) : les témoignages de Théodose le Moine et Théodose le Diacre en tant que récits de guerre
Marilia LYKAKI

« Aller droit au lieu où Mars se tient ». L’épître onirique du dauphin François à propos de la mort au combat de Gaston de Foix à Ravenne (1512)
Séverin DUC

Champs de bataille : expériences et imaginaires
Debra KELLY

Synthèse de la deuxième partie : La violence des soldats, entre imaginaire et réel
Jean-Christophe COUVENHES


Troisième partie : La place des civils dans les récits de guerre


[27] Présentation troisième partie : La place des civils dans les récits de guerre
Pierre COSME

A- Catégories de civils

La place des civils dans les récits de guerre byzantins
Jean-Claude CHEYNET

Les vieillards romains dans les récits de guerre à l’époque républicaine
Ghislaine STOUDER

Le rôle des ecclésiastiques dans la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714)
Clément OURY

B- Les civils oubliés

Récits de guerre des Grecs : les anciens ont-ils leur place ?
Nadine BERNARD

Les civils, les grands oubliés des relations de siège des guerres du XVIIe siècle
Michèle VIROL

C- Les civils narrateurs

Le récit de ses « petites guerres » par Synésios de Cyrène (ca 405-413)
Sylvain JANNIARD

De Christine de Pizan à Anatole France, les récits de l’échec de Jeanne d’Arc devant Paris (1429)
Françoise MICHAUD-FREJAVILLE

Les civils dans la correspondance de Jean Jacques Ballard, médecin de la Grande Armée, avec son épouse Ursule restée en France (1802-1812)
Pierre ALLORANT

Synthèse de la troisième partie : La place des civils dans les récits de guerre
Ghislaine STOUDER

Conclusion générale
Hervé DREVILLON

[Contents]


Le récit de guerre, c’est-à-dire la relation orale, écrite, visuelle de l’histoire des hommes en guerre est sans conteste un révélateur de phénomènes culturels et sociaux d’ampleur. Le présent volume rassemble 37 contributions d’histoire issues de trois journées d’études organisées à Blois (2013), Rouen (2014) et Paris (2014) consacrées au récit de guerre. Conçu pour un dialogue entre les disciplines (histoire, archéologie, histoire de l’art, et littérature), ce livre envisage de façon thématique, le récit de guerre comme « source et genre », expression de la « violence des soldats » et de la « place des civils » dans les guerres, de l’Antiquité à nos jours.

The war narrative, that is to say the oral, written and visual account of the history of human beings at war, is undoubtedly a revealing indicator of major cultural and social phenomena. The present volume gathers 37contributions from three workshops held in Blois (2013), Rouen (2014) and Paris (2014) on war narrative. Conceived for a dialogue between disciplines (history, archaeology, history of art and literature), the book brings together 36 historical contributions that consider, in a thematic way, the war narrative as “source and literary genre”, an expression of the “violence of soldiers” and the “place of civilians” in wars, from Antiquity to the present day.

La narración de la guerra, es decir, la relación oral, escrita y visual de la historia de los hombres en guerra, es sin duda una revelación de fenómenos culturales y sociales de gran magnitud. El presente volumen reúne 37 contribuciones históricas de tres jornadas de estudio organizadas en Blois (2013), Rouen (2014) y París (2014) dedicadas a la narrativa de la guerra. Concebido para un diálogo entre disciplinas (historia, arqueología, historia del arte y literatura), este libro aborda de manera temática la narrativa de la guerra como “fuente y género”, una expresión de la “violencia de los soldados” y el “lugar de los civiles” en las guerras, desde la antigüedad hasta la época actual.


Descriptif du collectif
  • Auteur : Jean-Christophe COUVENHES
    La violence imposée aux Galates vaincus : le récit des grandes offrandes attalides dans la seconde moitié du iiie siècle avant J.-C.
    [Résumé]

    L’article a pour but de reprendre le dossier des grandes offrandes attalides, composé d’une série de textes épigraphiques servant de dédicace à un groupe statuaire complexe commémorant les victoires d’Attale Ier (241-197) sur les Galates, Antiochos Hiérax et Séleucos III, en Asie Mineure. Après avoir rappelé que les inscriptions sont un récit victorieux minimal du roi, l’article s’intéresse au récit en image constitué par la statue du Galate se donnant la mort après avoir tué compagne (groupe Ludovisi, Rome MN 8608) et la statue du Galate mourant (Musée du Capitole). Cette représentation d’un suicide collectif de vaincus préférant la mort à la captivité relève vraisemblablement de l’institution celte des soldurii. Ce récit en image ravive l’hypothèse de voir ces statues placées, de manière scénarisée, sur la base circulaire du sanctuaire d’Athéna Polias Nikephoros à Pergame.

    Mots-clés : Galate, Suicide collectif, Attale Ier de Pergame, Récit en image, Statue, Grandes offrandes attalides, Athéna Polias Nikephoros.

    Abstract: The paper takes up the dossier of the Memorial of Attalos 1st, consisting of a series of epigraphic texts serving as dedications to a complex statuary group commemorating the victories of Attalus I (241-197) over the Galatians, Antiochus Hierax and Seleucus III, in Asia Minor. After recalling that the inscriptions are a minimal victorious narrative from the king, the paper focuses on the pictorial narrative constituted by the statue of the Gaul killing himself having slayed his wife first (Ludovisi group, Rome MN 8608) and the statue of the dying Gaul (Capitoline Museum). This representation of a collective suicide of defeated men who prefer death to captivity is probably part of the Celtic institution of soldurii. This pictorial account revives the hypothesis that these statues were placed, in a scripted manner, on the circular base of the sanctuary of Athena Polias Nikephoros in Pergamon.

    Keywords: Gaul, Collective suicide, Attalus I of Pergamon, Pictorial narrative, Memorial of Attalus I, Athena Polias Nikephoros.


  • Auteur : Sergio BOFFA
    Raconter le combat singulier au Moyen Âge : un défi impossible
    [Résumé]

    Les descriptions de batailles ont bénéficié d’une plus grande attention que celles des combats singuliers. Une bonne compréhension de la “mécanique” du duel est pourtant une source d’information intéressante tant pour l’étude de la tactique que pour celle du maniement des armes. L’objet de notre travail est double : souligner les difficultés rencontrées par un auteur qui désire rapporter un combat singulier qu’il soit réel ou fictif et découvrir comment les auteurs médiévaux, historiens ou romanciers, ont fait face à cette complexité. Une fois leurs solutions, plus ou moins sérieuses, comprises, nous devrions être mieux armés pour aborder la lecture des textes anciens et pour démêler l’utile du superflu.

    Mots-clés : Histoire militaire, Combat singulier, Duel, Escrime, Chronique.

    Abstract: The descriptions of battles have received more attention than those of single combats. A good understanding of the “mechanics” of the duel is nevertheless an interesting source of information for the study of both tactics and the handling of weapons. The aim of our work is twofold: to highlight the difficulties encountered by an author who wishes to report a singular combat, whether real or fictional, and to discover how medieval authors dealt withthis complexity. Once we understand their solutions, more or less serious, we should be better equipped to read the ancient texts and to disentangle the useful from the superfluous.

    Keywords: Military history, Single combat, Duel, Fencing, Chronicle.


  • Auteur : Michel BIARD
    Une guerre qui ne tue pas, ou si peu… Les blessures et la mort dans le Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français (1794)
    [Résumé]

    En décembre 1793, la Convention nationale accepte le projet de l’un de ses membres, Léonard Bourdon, de rassembler des récits héroïques recueillis sur les champs de bataille. Le Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français est alors imprimé et diffusé massivement sous forme de « cahiers » et d’affiches, auprès des armées de la République, mais aussi des municipalités, des clubs politiques et des écoles. Cinq fascicules successifs sont imprimés entre nivôse à messidor an II (décembre 1793-juillet 1794). Au lieu de donner à voir la guerre dans toute son ampleur, le Recueil (…) en livre des morceaux choisis pour mieux exalter le courage, le patriotisme et le sens du sacrifice des militaires français, de l’officier au simple soldat. Dans ce récit de guerre volontairement parcellisé dans lequel il importe peu de vérifier les faits, l’exploitation pédagogique du récit l’emporte sur l’authenticité historique. Pour autant, même si la description de la violence guerrière cède parfois la place à une vision aseptisée d’un conflit provoquant des blessures dont les corps meurtris ne semblent guère souffrir, le Recueil (…) met aussi en scène avec réalisme les combats, les corps et les gestes des soldats.

    Mots-clés : Révolution française, Léonard Bourdon, Blessures, Héroïsation.

    Abstract: In December 1793, the National Convention accepted the project of one of its members, Léonard Bourdon, to collect heroic tales from the battlefields. The Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français was then printed and widely distributed in the form of notebooks and posters to the armies of the Republic, but also to municipalities, political clubs and schools. Five successive fascicles were printed between Nivôse and Messidor Year II (December 1793-July 1794). Instead of showing the full extent of the war, the Recueil (…) contains pieces chosen to better exalt the courage, patriotism and sense of sacrifice of the French military, from officers to private soldiers. In this deliberately fragmented war arrative, in which it is of little importance to verify the facts, the pedagogical use of the narrative prevails over historical authenticity. Nevertheless, even if the description of war violence sometimes gives way to a sanitized vision of a conflict that causes wounds from which the wounded bodies hardly seem to suffer, the Recueil (...) also realistically depicts the fighting, the bodies and the gestures of the soldiers.

    Keywords: French Revolution, Leonard Bourdon, Wounds, Heroisation.


  • Auteur : Mathieu ENGERBEAUD
    Masquer la défaite ? L’interruption des combats par les éléments naturels dans le récit des guerres romaines archaïques (VIe-début du IIIe siècle avant J.-C.)
    [Résumé]

    Les historiens grecs et latins, auteurs du récit des guerres romaines archaïques, ont en commun de vivre à une époque où Rome a parachevé le processus de conquête. Cette réalité a occasionné une réécriture complexe des événements militaires dont les logiques doivent être élucidées. L’interruption des combats par les éléments naturels constitue un exemple de cette réappropriation complexe. Entre la fin du VIe et le début du IIIe siècle, ces obstructions surviennent seulement au cours de neuf batailles. Ces combats présentent un caractère atypique en raison de leur ressemblance. En effet, leurs récits se répètent, tandis que les généraux romains impliqués dans ces batailles appartiennent majoritairement aux deux mêmes familles. Une comparaison de ces récits permettra d’évaluer certains enjeux liés à la répétition des événements dans la construction des récits de guerres romains de l’époque archaïque.

    Mots-clés : Défaite, Historiographie, Tite-Live, Valerius Antias, Valerii.

    Abstract: The Greek and Latin historians, authors of the narratives of the archaic Roman wars, have in common to live in a time when Rome finished the process of conquest. This reality caused a complex rewriting of the military events. The interruption of the fights by the natural elements constitutes an example of this complex reappropriation. Between the end of the 6th and the beginning of the 3rd century, these obstructions arise only during nine battles. A comparison of these narratives will allow to estimate certain stakes connected to the repetition of the events in the construction of the Roman war narrative of archaic time.

    Keywords: Defeat, Historiography, Livy, Valerius Antias, Valerii.


  • Auteur : Pierre COSME
    Les silences des récits de guerre autour d’Actium
    [Résumé]

    La bataille d’Actium a laissé peu de traces archéologiques, mais a souvent été évoquée dans les sources littéraires antiques. Doit-on considérer ces témoignages comme des oeuvres de propagande qu’il faudrait rejeter ou comme la reproduction de schémas narratifs empruntés à des auteurs antérieurs ? Ces oeuvres s’adressaient à des lecteurs informés qui ne pouvaient pas être complètement dupés. Certains silences de nos sources nous empêchent certes de reconstituer toutes les phases du combat. Mais ils révèlent aussi l’originalité d’une guerre à la fois civile et étrangère.

    Mots-clés : Auguste, Marc Antoine, Bataille navale, Propagande, Rome antique, Virgile.

    Abstract: The battle of Actium left few archaeological traces, but it was often mentioned by ancient literary sources. Should we consider these testimonies as propaganda or as the reproduction of narrative weaving borrowed from previous authors? These works were intended for informed readers. So they couldn’t be completely fooled. Some silences prevent us from reconstructing all the phases of the fight. But they also reveal the originality of a war both civil and foreign.

    Keywords: Augustus, Mark Antony, Battleship, Propaganda, Ancient Rome, Virgil.


  • Auteur : Gilles GRIVAUD
    L’oeil du militaire, l’oeil du civil : lectures strabiques de la guerre de Chypre (1570-1571)
    [Résumé]

    Les sources documentaires sur la phase militaire de la guerre de Chypre renseignent précisément les événements où s’opposent les défenseurs vénitiens et les assaillants ottomans, entre juillet 1570 et août 1571. Pour l’essentiel, les témoins se divisent en deux groupes, les civils, les militaires ; leurs observations se rejoignent pour reconnaître les trois phases qui marquent les opérations militaires sur le sol insulaire, ou pour apprécier le volume des troupes engagées dans les combats. En revanche, les récits divergent dans l’interprétation de certains événements marquants ; à cet effet, on examine trois épisodes concrets : la trahison supposée des paysans de Lefkara, l’échec de la sortie du 15 août 1570 à Nicosie, la reddition de Famagouste, le 5 août 1571. La confrontation des points de vue démontre qu’il convient de repérer les véritables intentions des auteurs pour apprécier les cadres idéologiques dans lesquels ils s’inscrivent.

    Mots-clés : Chypre, Nicosie, Famagouste, Venise, Empire ottoman, Méditerranée, XVIe siècle.

    Abstract: Documentary sources on the military phase of the Cyprus war provide precise information on the events that occur between the Venetian defenders and the Ottoman assailants, from July 1570 to August 1571. Essentially, the witnesses are divided into two groups, the civilians, the military; their observations come together to recognize the three phases that mark military operations on the island soil, or to appreciate the volume of troops engaged in the fighting. On the other hand, the accounts diverge in the interpretation of certain facts; to this end, we examine three concrete episodes: the supposed betrayal of the peasants of Lefkara, the failure of the exit on August 15, 1570 in Nicosia, the surrender of Famagusta on August 5, 1571. The comparison of points of view shows that it is necessary to identify the true intentions of the authors to appreciate the ideological frameworks in which they are inscribed.

    Keywords: Cyprus, Nicosia, Famagusta, Venice, Ottoman Empire, Mediterranean Sea, Sixteenth Century.


  • Auteur : Marino VIGANÒ
    Guerra, violenza, “composizione” nelle fonti manoscritte su Gian Giacomo Trivulzio, maresciallo di Francia (Crema 1442-Chartres 1518)
    [Résumé]

    Élève de François-Marie Ier Sforza, duc de Milan, depuis 1452, puis conseiller secret de Galeazzo Maria, Gian Galeazzo Maria, Ludovic-Marie le Maure, eux aussi seigneurs de Lombardie, de 1465 ; condottiere de plusieurs puissances d’Italie ; compagnon d’armes de Charles VIII de Valois de 1495, lieutenant général de Louis XII de Valois-Orléans de 1499, stratège de François Ier de Valois-Angoulême de 1515 : Jean-Jacques Trivulce (Crema 1442-Chartres 1518) est une des personnalités militaires « marquantes » du XVe et début XVIe siècle. La réémergence d’une série de manuscrits biographiques rédigés par trois (ou quatre) de ses courtisans – en partie avant et en partie après sa mort, tous non-encomitants –, permet d’en restituer le profil de commandant dans les guerres « italiennes » de l’époque. Et de mieux connaître, si non d’apprécier, la conduite de ce soldat soucieux de la discipline aux campements, étranger à la violence inutile, incliné à la « composition » par négociation plutôt qu’à la bataille. Vaillant, toujours en première ligne, il témoigne d’une modération – à des fins morales ou temporelles – pas si courante chez ses contemporains, qui l’aborde avec un autre général célèbre, dont la dureté était légendaire : Wallenstein ; et qui a produit une tradition documentaire de « récits de guerre » surprenante à cette époque de licence et de cruauté.

    Mots-clés : Renaissance italienne, Jean-Jacques Trivulce, Sources manuscrites, Guerres, Maîtrise de la violence.

    Abstract: Disciple of Francis I Sforza, duke of Milan, since 1452, then privy councelor of Galeazzo Maria, Gian Galeazzo Maria and Ludovico Maria il Moro, lords of Lombardy too, since 1465; condottiere by many lordships in Italy; brother-in-arms of king Charles VIII of Valois since 1495, lieutenant-general of Louis XII of Valois-Orléans since 1499, strategist of Francis I of Valois-Angoulême since 1515: Gian Giacomo Trivulzio is one of the mighty military characters of the 15th and first 16th century. The discovery of a series of handwritten biographies of him by three (if not four) his courtiers – drawn up part before, part after his death, all not encomiastic – let recover his profile as a military leader in the “italian” wars of his times. And better to understand, if not to appreciate, his behavior of soldier concerned with discipline in encampment, alien from useless violence, open better to the “arrangement” by money than to the battle. Valiant, ever in front line, he testifies a moderation – for moral, or timeserving aims – not so common among his contemporaries, which approaches him to another famous general, whose harshness was legendary: Wallenstein; and which produced a documentary tradition of “war accounts” surprising in that age of license and cruelty.

    Keywords: Italian Renaissance, Gian Giacomo Trivulzio, Handwritten sources, Wars, Rule of violence.


  • Auteur : Jean-Michel CARRIÉ
    Le récit de guerre dans l’Antiquité (1) : pistes pour une analyse linguistico-sémiotique
    [Résumé]

    Cet article constitue la première partie d’un ensemble de réflexions sur le récit de guerre originellement conçu et rédigé comme un tout. Sa longueur, dépassant les limites d’espace disponibles dans les présents Actes de Colloque, a contraint à en dédoubler la publication. Dans cette première partie, en évitant tout jargon linguistique, on s’est proposé de montrer comment la sémiotique textuelle, en l’occurrence l’approche énonciative de Benveniste, articulée autour des deux concepts d’« histoire » et de « discours » et fondant son analyse sur l’usage des temps verbaux, déictiques ou non, offre des bases plus claires et mieux assurées à l’analyse stylistique, en même temps qu’elle remet en cause l’a priori de la vérité objective de la narration historiographique, que le commentaire philologique traditionnel continue trop souvent à prendre à la lettre. Elle met en évidence un brouillage des voix énonciatives manifesté par le mélange des temps du récit et du discours. Plus que des choix stylistiques individuels, les différents modes antiques d’écriture de l’histoire renvoient alors à des modèles différents de conception du métier d’historien et de communication du savoir élaboré par celui-ci. Le récit de guerre, étant donné sa valorisation dans l’historiographie antique, constitue un terrain de choix pour vérifier la productivité de ces pistes. Dans cet essai consacré à l’écriture historiographique antique, grecque et romaine, le traité Comment on doit écrire l’histoire, de Lucien, qui fait la part belle au récit de guerre, a été pris pour témoin antique capable d’entrer en dialogue avec les préoccupations sémiotiques contemporaines.

    Mots-clés : Benveniste, Présent historique, Théories de l’énonciation, Illusion référentielle, Objectivité, Subjectivité, Métier de l’historien, Historiographie antique, Lucien, Ammien Marcellin.

    Abstract: This paper gives the first part of a set of reflexions about the war narrative initially designed and written as a whole. As its length eventually exceeded the room available in this volume of Acts, it became necessary to split the text into two publications. In this first part, while avoiding any linguistic jargon, the author intended to show how textual semiotics, in this case Benveniste’s enunciative approach, centered on the twin concepts of “story” and “discourse” and building the analysis upon the use of verb tenses, whether deictic or not, affords more articulate and secure bases to stylistic assessment, while questioning the preconception of objective truth in the historiographical narrative, still too frequently taken literally by the traditionalist philological commentary. What is eventually highlighted is a jamming of the enunciative voices which is evinced by the commingling of tenses used in narrative and discourse. Better than individual stylistic choices, the various antique modes of writing history accordingly reflect different conceptions of the rules which govern the profession of historian and different patterns of communication of the knowledge which he produces. The war narrative, due to the high esteem which he gained in the ancient historiography, represents a privileged field where to check the productivity of such investigations. In the present essay dedicated to the writing of history in both Greek and Roman antiquity, Lucian’s study How to Write History, who gave pride of place to the war narrative, has been chosen as the ancient observer more suitable for engaging in a dialogue with the nowadays semiotic concerns.

    Keywords: Benveniste, Historical present, Theory of enunciation, Referential illusion, Objectivity, Subjectivity, Historian’s profession, Ancient historiography, Lucian, Ammianus Marcellinus.


  • Auteur : Eric DUROT
    Le récit épistolaire du siège de Metz (1552) par le duc de Guise ou la valorisation de soi
    [Résumé]

    Un récit du siège de Metz (1552) présente une source originale et peu exploitée : c’est le corpus des lettres écrites au roi Henri II durant le siège, par le lieutenant général à Metz, le duc François de Guise. Au-delà de ce que doit rendre compte un capitaine à son souverain, ces lettres permettent, par leur contenu subjectif et par leur style, d’appréhender la culture et les représentations de la noblesse combattante, ainsi que la manière dont le duc de Guise, issu d’un prestigieux lignage lorrain, se pose en narrateur de ses actions. Il écrit l’histoire à la fois sur le terrain par ses actions, puis sur le papier. Nous analyserons, successivement, comment François de Guise définit le siège qu’établissent les Impériaux, puis la manière dont il définit le combat et les combattants, et, enfin, comment il s’autodéfinit. À l’intersection de l’imaginaire nobiliaire et de l’imagination personnelle, ce récit épistolaire aide à comprendre et le retentissement de la victoire des Français contre Charles Quint et l’érection de la figure du grand capitaine incarnée désormais par le duc de Guise.

    Mots-clés : Siège de Metz, Récit épistolaire, Duc de Guise, Lorraine, Henri II, Charles Quint, 1552.

    Abstract: An account of the siege of Metz (1552) presents an original and little-exploited source: it is the corpus of letters written to King Henry II during the siege by Lieutenant- General of Metz, Francis, Duke of Guise. Beyond what a captain had to report to his sovereign, these letters allow, by their subjective content and style, to understand the culture and the representations of warrior nobility as well as how the Duke, from a prestigious Lorrainian lineage, became the narrator of his actions. He wrote History both in the field by his actions, and on paper. Successively, we will analyse how Francis, Duke of Guise, defined the siege established by the Imperials, how he defined the combat and the combatants, and finally how he defined himself. At the intersection of aristocratic imaginary and personal imagination, this epistolary account helps to understand both the resonance of the French victory over Charles V and the erection of the figure of the great captain henceforth embodied by the Duke of Guise.

    Keywords: Siege of Metz, Epistolary account, Duke of Guise, Lorraine, Henry II, Charles V, 1552.


  • Auteur : Fadi EL HAGE
    De la construction de la source à la construction de soi : le récit de guerre dans les Mémoires et Souvenirs d’officiers français au XVIIIe siècle
    [Résumé]

    Dans les Mémoires et Souvenirs, le récit de guerre est une construction intellectuelle révélant des enjeux mentaux et moraux. Au cours du XVIIIe siècle, de nombreux officiers français prirent la plume pour raconter leurs campagnes, leur expérience de la guerre. Peu publiés de leur temps, leurs récits de guerre posent de nombreuses questions concernant la postériorité du récit, généralement confiné dans une sphère privée, tant pour des questions de censure qu’à cause du souci d’écrire pour soi ou les siens. Cette confidentialité, mettant en évidence la dimension privée du récit, révèle également son aspect moral, dans son dessein d’instruction ou d’examen de conscience, même si ces intentions déclinèrent au fil du siècle. À travers ces récits insérés dans des ensembles plus vastes, leurs auteurs entreprennent une véritable construction de leur image pour leur postérité voire la postérité.

    Mots-clés : Mémoires, Souvenirs, Témoignage, Construction de soi, OEuvre morale, Sphère privée, Espace public, Violences, Conscience.

    Abstract: Among Memoirs and Memories, the War narrative is an intellectual construction revealing mental and moral issues. During the eighteenth century, many French officers wrote about their campaigns, their war experience. Few of their testimonies were published in their time. So their war stories raise many questions about their posteriority, generally confined to a private sphere. It was due to censorship but also to the goals in the writer’s mind. Who did he write to? These texts highlight a private dimension of the testimony. They also reveal constructions of a personal image, some moral aspects, some purpose of instruction and examination of conscience, even though these intentions declined over the century.

    Keywords: Memories, Memoirs, Testimony, Self-construction, Moralist, Private sphere, Public space, Violence, Consciousness.


  • Auteur : Anne-Emmanuelle VEÏSSE
    Violences des rebelles et violence de la répression en Égypte au tournant des IIIe et IIe siècles avant notre ère
    [Résumé]

    Entre la fin du IIIe siècle et le début du IIe siècle avant notre ère, les rois Ptolémée IV et Ptolémée V eurent à mener plusieurs guerres contre leurs sujets égyptiens. Sans refaire l’histoire de ces conflits, cet article se propose de comparer les types d’information, et le cas échéant de regard, que les différences sources, en fonction de leur nature, portent sur les violences qui les ont accompagnés. On verra ainsi que Polybe réunit dans une même condamnation les violences commises dans le camp de la rébellion et dans le camp du roi tandis que les décrets sacerdotaux opposent la violence impie des rebelles à la violence réparatrice du souverain. Les papyrus quant à eux livrent des informations plus factuelles, permettant de compléter les témoignages précédents, mais amenant aussi à les nuancer à certains égards.

    Mots-clés : Révoltes égyptiennes, Sources, Méthodologie.

    Abstract: Between the end of the 3rd century and the beginning of the 2nd century BC, the kings Ptolemy IV and Ptolemy V had to wage several wars against their Egyptian subjects. This article aims at comparing the types of information given by the different sources about facts of violence. We will see that Polybius brings together in the same condemnation the violence committed in the rebellion camp and in the king’s camp, while the priestly decrees oppose the impious violence of the rebels to the restorative violence of the pharaoh. The papyri provide more factual information, but they also help to nuance in some respects the other testimonies.

    Keywords: Egyptian revolts, Sources, Methodology.


  • Auteur : Jean-Marc LARGEAUD
    Violences de la retraite infernale, les armées de la Loire 1870-1871
    [Résumé]

    La violence de guerre de la campagne d’hiver de la guerre de 1870 sur le théâtre d’opérations de la Loire fait l’objet de trois approches complémentaires. D’abord avec l’étude du comportement des armées allemandes lors de l’invasion. Il correspond aux objectifs du haut commandement prussien : la violence mise en scène est celle de l’intimidation des civils destinée à assurer la sécurité des armées. Elle se double de violences moins contrôlées. Ensuite, on analyse les pratiques violentes des soldats français et celles des officiers dans leur rapport difficile à la discipline. Car cette armée française improvisée apprend à obéir aux ordres et à faire la guerre dans un contexte défavorable : défaites, encadrement défaillant, et surtout conditions de vie terribles de la campagne d’hiver. Enfin, dans ce qui est une guerre nouvelle, où la puissance de feu est sans équivalent connu, on restitue l’attitude des troupes et les mécanismes de la violence en combat des militaires des deux camps, celle que l’on subit, celle que l’on inflige durant la bataille, et aussi celle d’après combat dont les blessés sont parfois les victimes.

    Mots-clés : Occupation, Combat, Discipline, Blessures, culture de guerre, Témoignage.

    Abstract: This study puts forward three complementary approaches to war and violence in the Loire valley during the winter campaign of the Franco-Prussian War. Firstly, it studies the behaviour of the German armies at the time of the invasion. It corresponds to Prussian high command’s objectives. Staged violence was meant to intimidate civilians so as to ensure the safety of German soldiers. It was coupled with less controlled violence. Secondly, it analyses the violent practices of French soldiers as well as these of the officers in charge of disciplining them. This proved a difficult task, considering the improvised French army learnt to obey orders and make war under unfavourable circumstances – defeats, faulty management and most of all, the extremely harsh living conditions of the winter campaign. Lastly, in what constitutes a new war with unprecedented firepower, the last part of this paper will explore the troops’ attitude and the mechanisms of violence during combat for soldiers from both sides – violence endured or inflicted, as well as post-fight violence to which the injured sometimes fell victims.

    Keywords: Occupation, Combat, Discipline, Injuries, Culture of war, Testimony.


  • Auteur : Maxime PETITJEAN
    Les cavaliers chasseurs de têtes de l’armée romaine : nouveau regard sur la documentation d’époque impériale
    [Résumé]

    Dans le livre IV de sa Géographie, Strabon affirme que la chasse aux têtes fut interdite par les Romains après la conquête des Gaules, en relation avec l’horreur que suscitaient les pratiques sacrificielles des « Celtes ». Pourtant, des scènes de décollation apparaissent en nombre significatif sur les reliefs triomphaux de l’époque antonine et sur les monuments funéraires des cavaliers auxiliaires. Comment expliquer la résurgence de cette coutume tombée en désuétude dans le monde romain dès IIe siècle avant J.-C. ? Nous tentons ici de démontrer que ce phénomène est principalement lié à l’incorporation des auxiliaires d’Europe occidentale dans l’armée régulière du Principat. De nombreux témoignages indiquent que les chasseurs de têtes impériaux étaient majoritairement issus de ces unités et pratiquaient leur « art » suivant des modalités étrangères aux traditions culturelles et militaires romaines. Plutôt que de lutter activement contre cette pratique, les autorités impériales choisirent plutôt de la réguler et de la resémantiser, en lui assignant un contenu symbolique conforme à l’idéologie impériale.

    Mots-clés : Guerres romaines, Armée romaine, Auxilia, Cavalerie romaine, Chasse aux têtes, Chasseurs de têtes, Violences de guerre, Archéologie romaine, Études celtiques.

    Abstract: In the fourth book of his Geography, Strabo states that headhunting was forbidden by the Romans after the conquest of Gaul, in relation to the abhorrence aroused by the sacrificial practices of the “Celts”. However, scenes of head-taking appear in significant numbers on imperial reliefs and on the funerary monuments of auxiliary horsemen. How can we explain the resurgence of this custom, which fell into disuse in the Roman world as early as the 2nd century BC? In this article, I try to demonstrate that this phenomenon is mainly linked to the incorporation of Western European auxiliaries into the regular army of the Principate. Numerous testimonies indicate that imperial headhunters belonged to these units and practiced their “art” in ways that were foreign to Roman cultural and military traditions. Rather than actively combating this practice, the imperial authorities chose instead to regulate and resemanticize it, assigning it a meaning consistent with imperial ideology.

    Keywords: Roman warfare, Roman army, Roman auxilia, Roman cavalry, headhunting, headhunters, Roman archaeology, Celtic studies.


  • Auteur : Guillaume SARTOR
    La place des fédérés dans l’exercice de la violence de guerre dans l’Antiquité tardive
    [Résumé]

    La présente étude entend montrer que les foederati (symmachoi, auxiliares) – des combattants recrutés auprès des groupes barbares (gentes foederatae, enspondoi, hypospondoi) en vertu de traités (foedus/foedera ; spondê/spondai) – occupèrent une place centrale dans l’exercice de la violence de guerre, place centrale qui doit nuancer l’idée qu’ils auraient continué d’être de simples auxiliaires de l’armée régulière (milites, stratiôtai). Bien qu’il soit difficile de mesurer les dynamiques et les logiques (facteurs tactiques, contexte opérationnel, disponibilité de troupes, pression et concurrence des chefs barbares et gentes…) qui président à l’exercice de cette violence de guerre, l’Empire s’est efforcé de contrôler, selon ses intérêts, cette violence et les foederati qui l’exerçaient. L’exercice de cette violence de guerre était pour les gentes barbares un moyen d’obtenir le statut de gens foederata et les avantages associés. Les facteurs stratégiques, tactiques, financiers donnaient aux gentes barbares devenues foederatae un poids important pour participer à des logiques d’amélioration de leur statut, politiquement, militairement comme matériellement. L’exercice de la violence guerrière représentait un outil de l’affirmation politique des gentes barbares foederatae dans le système impérial tardif romain.

    Mots-clés : Fédérés (foederati), Groupes fédérés (gentes foederatae), Soldats romains, Empire, Traités (foedera, spondai), Pouvoir impérial, Chefs barbares, Violence, Guerre, Dynamiques, Statut, Batailles rangées, Combats irréguliers (guérilla).

    Abstract: This study intends to show that the foederati (symmachoi, auxiliares) – combatants recruited among barbarian groups (gentes foederatae, enspondoi, hypospondoi) in virtue of treaties (foedus/foedera; spondê/spondai) – were in the central place in the line of war violence, a central place that must modify slightly the idea that they would have continued to be simple auxiliaries of the regular army. Even if the dynamics and logics (tactical factors, operational context/circumstances, troops reserves, pressure and rivalry of the barbarian leaders and gentes…) that preside over in the line of war violence, the Empire endeavored to control, according to its interests, this violence and the foederati who practiced it. For the barbarian gentes, using this war violence was a means to end up with the status of gens foederata and the benefits that go with it. The strategical, tactical, financial factors gave to the barbarian gentes who had become foederatae a lent weight to participate to logical improvements of their status, as far as politically, militarily and materially. This warlike violence represented a tool of political assertion for the barbarian gentes foederati in the late imperial roman system.

    Keywords: Federates (foederati), Federated groups (gentes foederatae), Roman soldiers, Empire, Treaties (foedera, spondai), Imperial power, Barbarian leaders, Violence, War, Dynamics, Status, Pitched battles, Irregular fighting (guerrilla).


  • Auteur : Pascal BUTTERLIN
    Des crânes et des piles d’ossements, ou la marche forcée vers l’État au Proche-Orient préhistorique ancien
    [Résumé]

    Il s’agit de se consacrer à la présentation des recherches récentes sur l’évolution de la guerre au cours de la préhistoire récente du Proche-Orient ancien. Des découvertes majeures ont permis de recentrer le débat et de faire le lien avec la question de la naissance de l’État.

    Mots-clés : Guerre, Mort de masse, Violence extrême, Cannibalisme, Culte des ancêtres.

    Abstract: The aim is to focus on presenting recent research on the evolution of warfare during the recent prehistory of the ancient Near East. Major discoveries made it possible to refocus the debate and make the link with the question of the birth of the state.

    Keywords: War, Mass death, Extreme violence, Cannibalism, Ancestor worship.


  • Auteurs : Natacha LUBTCHANSKY, Claude POUZADOUX
    La mise en image des violences guerrières : lectures croisées de représentations étrusques et italiotes (VIe-IIIe siècles avant J.-C.)
    [Résumé]

    Dans la continuité d’une première exploration des images de la violence en Italie préromaine, l’article centre l’examen sur les représentations des violences guerrières, entre le VIe et le IIIe siècles avant J.-C. dans l’iconographie étrusque et italiote. Après avoir montré ce qui définit cette violence des guerriers (traitement des corps, gestes, objets utilisés, lieux et acteurs choisis) et abordé le rôle de la narration dans l’exhibition et la stigmatisation des actions violentes, cette lecture croisée sur deux zones culturelles propose de pointer les types de combats (embuscades, incursions, razzias, traitement des prisonniers) concernés par cette iconographie. Le répertoire essentiellement mythologique ou légendaire montre des scènes exemplaires permettant de codifier les règles de la guerre et de ses violences, règles qui sont susceptibles d’évoluer au cours des siècles comme le met en lumière le parcours en images proposé.

    Mots-clés : Étrurie, Grande Grèce, Mythologie, Céramique, Peinture, Tombes, Violence, Héros.

    Abstract: Following a first exploration on the images of violence in pre-Roman Italy, the article focuses on the representations of war violence between the 6th and 3rd centuries BC. in Etruscan and Italiote iconography. After having outlined what defines this war violence (treatment of bodies, gestures, objects used, places and actors chosen) and discussed the role of narration in the exhibition and stigmatisation of violent actions, this cross-reading of two cultural areas points out the types of combat (ambushes, incursions, raids, treatment of prisoners) concerned by this iconography. The mainly mythological or legendary repertoire shows exemplary scenes that codify the rules of war and its violence, rules that are likely to evolve over the centuries, as the proposed itinerary in images highlights.

    Keywords: Etruria, Magna Graecia, Mythology, Pottery, Painting, Tombs, Violence, Heroes.


  • Auteur : Athina KOLIA-DERMITZAKI
    The Attitude of the Soldiers in Warfare as Reflected in the Byzantine Sources (9th-12th Centuries)
    [Résumé]

    The soldier, both as an individual and as a member of a particular group, and the army, as one of the most essential components of maintaining the integrity of the Byzantine Empire – to the extent that this was possible at times – and of carrying out its foreign policy, are subject to very frequent references by historiographers. They are also quite often referred to in panegyrics, while they are present also in letters composed by scholars. Particularly useful, however, in providing information about and explaining the attitude of the Byzantine army, are the military treatises (the Taktika), the texts that give instructions to the general regarding the taking advantage of his army. Violence in war emanated from two factors. The first was the orders given by the head of the army, aiming at the defeat of the enemy by the employment of several means: slaughter, captivity, destruction of crop, pillaging or exemplary punishment that could demoralize the opponent. The second factor was the personality of the soldier and his psychological status during the battle. The conduct of the soldiers will be discussed through the presentation of relevant examples in order to clarify the methods of and the reasons for the use of violence by the Byzantine army.

    Keywords: Byzantine army, Violence, Prisoners of war, Plunder, Civil war, Jus belli.

    Résumé : Le soldat qui est à la fois un individu et le membre d’un groupe particulier, et l’armée, un des éléments les plus essentiels tant du maintien de l’intégrité de l’Empire byzantin – autant que cela était parfois possible – que de la réalisation de sa politique étrangère, sont très fréquemment cités par les historiographes. Ils sont aussi assez souvent mentionnés dans les panégyriques et également présents dans les lettres rédigées par des savants. Cependant, les traités militaires (les Taktika), textes qui donnent des instructions au général pour tirer profit de son armée, sont particulièrement utiles pour fournir des informations et expliquer l’attitude de l’armée byzantine. La violence en temps de guerre émanait de deux facteurs. Le premier était les ordres donnés par le chef de l’armée, visant à la défaite de l’ennemi par l’emploi de plusieurs moyens : massacre, captivité, destruction de récolte, pillage ou punition exemplaire qui pourraient démoraliser l’adversaire. Le deuxième facteur était la personnalité du soldat et son état psychologique pendant la bataille. Le comportement des soldats sera discuté à travers la présentation d’exemples afin de clarifier les méthodes et les raisons qui conduisent à la violence de l’armée byzantine.

    Mots-clés : Armée Byzantine, Violence, Prisonniers de guerre, Butin, Guerre civile, Jus belli.


  • Auteur : Pascal PAYEN
    Normes et violence de guerre dans l’épopée et l’historiographie grecque (d’Hérodote à Polybe)
    [Résumé]

    L’objectif que vise cet exposé est d’étudier en quoi l’accomplissement de la violence atteint le plus haut degré du « faire », lorsqu’elle est « narrée », c’est-à-dire lorsqu’elle est construite, formulée et admise par un groupe, une société, une cité, à travers un ensemble de récits reconnus comme faisant partie d’une forme de geste collective qui rapporte et fixe dans le même temps les normes de la communauté. La violence de guerre, telle qu’elle est exercée par les combattants, en Grèce ancienne, se situe à la croisée d’un conflit de normes, et c’est au récit de guerre de résoudre ce conflit, c’est-à-dire de le narrer, de le « dire » pour l’assumer au sein d’une parole qui, comme le chant des aèdes, relève de la collectivité. Dans la tradition grecque, il existe plusieurs voies pour y parvenir. L’épopée en est une, mais non la seule. Un autre genre, une autre « voix », est constitué par la prose historiographique, qui, elle aussi, à sa manière, intègre au récit la question de la violence des soldats, à la fois pour lui fixer des limites et pour la tenir en échec. D’Homère à Hérodote et à Polybe, les Grecs n’ont cessé de se heurter au problème de la violence de guerre. Leurs récits, épiques ou historiographiques, en ont fait une tradition critique.

    Mots-clés : Normes, Épopée grecque, Violence, Historiographie grecque.

    Abstract: The aim of this paper is to study how the perpetration of violence reaches the highest level of “done”, when it is “narrated”, . e. when it is constructed, formulated and admitted by a group, a society, a city, through a set of narratives recognized as part of a form of collective action that relates and sets in, at the same time, the standards of the community. War violence, as practiced by combatants in Ancient Greece, is at the crossroads of a conflict of norms, and it is for the war narrative to resolve that conflict, that is, to narrate it, to “say” it and to assume it in a word that, like the song of the poets, belongs to the community. In Greek tradition, there are several ways to achieve this. The epic is one, but not the only one. Another genre, another “voice”, is historiographical prose, which, in its own way, incorporates the issue of soldiers’ violence into the narrative, both to set limits and to keep it in check. From Homer to Herodotus and Polybius, the Greeks have always been confronted with the problem of war violence. Their stories, whether epic or historiographical, have made it a critical tradition.

    Keywords: Norms, Greek epic, Violence, Greek historiography.


  • Auteur : Marilia LYKAKI
    La violence des soldats à Byzance (IXe-Xe siècle) : les témoignages de Théodose le Moine et Théodose le Diacre en tant que récits de guerre
    [Résumé]

    L’armée byzantine, continuatrice de la tradition romaine, possédait pendant la période médiobyzantine une organisation de haut niveau. Afin de maintenir la cohérence de cette armée et assurer son efficacité, il fallait avoir des règles sévères et surveiller leur respect. Cette organisation concernait le maintien de la discipline et la régularisation de la vie dans l’armée, mais aussi les relations avec les civils et les comportements envers l’ennemi. En réalité, l’agressivité, les actes criminels de la part de soldats, étaient prévus, pratiqués et imposés d’une certaine manière par l’administration. Les collections des Lois militaires offrent un matériel riche sur ce sujet. Cependant, les sources historiographiques ou les autres sources indirectes ne se réfèrent qu’à des évènements isolés relatifs au comportement des soldats Byzantins et des soldats adverses. Ainsi, dans la présente contribution deux exemples littéraires pertinents nous permettront d’entrevoir la documentation à disposition. Même si les textes choisis sont représentatifs de genres différents, ils donnent pourtant des informations sur les conséquences des violences dans des situations belliqueuses à la fois du côté des conquérants et des conquis. Examinés en tant que récits de guerre, les textes permettront d’arriver à des conclusions sur les pratiques violentes des soldats, leurs conséquences sur les civils et leur environnement (urbains et matériels) et enfin révéler les perceptions des Byzantins de la période discutée.

    Mots-clés : Byzance, Violence, Soldats, Guerre, Sources byzantines.

    Abstract: During the Medio-Byzantine period, the Byzantine army, continuing the Roman tradition, had a high-level organisation. In order to maintain the coherence and effectiveness of the military, strict rules and enforcement were required. This organization concerned the maintenance of discipline and the regularization of life in the army, but also relations with civilians and behaviour towards the enemy. In fact, aggressiveness, criminal acts by soldiers, were planned, practised and imposed in a certain way by the administration. The Military Laws collections offer a wealth of material on this subject. However, historiographical or other indirect sources refer only to isolated events relating to the behaviour of Byzantine soldiers and their enemies. Thus, in this contribution, two relevant literary examples will allow us to glimpse the available literature. Even if the two texts are representative of different genres, they nevertheless provide information on the consequences of violence in situations of war, both on the side of the conquerors and the conquered. Examined as war stories, the texts will help to draw conclusions about the violent practices of soldiers, their consequences on civilians and their environment (urban and material) and finally reveal the perceptions of the Byzantines during the period under discussion.

    Keywords: Byzantium, Violence, Soldiers, War, Byzantine sources.


  • Auteur : Séverin DUC
    « Aller droit au lieu où Mars se tient ». L’épître onirique du dauphin François à propos de la mort au combat de Gaston de Foix à Ravenne (1512)
    [Résumé]

    En 1512, à Ravenne en Italie, le jeune Gaston de Foix, duc de Nemours, remporte une bataille contre les Espagnols mais trouve la mort en poursuivant l’ennemi défait. Quelques temps après, Belleville de Montegu, un de ses frères d’arme, raconte les faits au Dauphin de France, futur François Ier. Par le biais d’une épître, François réplique à Montegu comment il a rêvé de l’apothéose de Gaston et sa rencontre avec Mars, le dieu de la guerre.

    Mots-clés : François Ier, Gaston de Foix, Guerres d’Italie, Bataille de Ravenne, Poème, Rêve.

    Abstract: In 1512, in Ravenna in Italy, the young Gaston of Foix, Duke of Nemours, won a battle against the Spaniards but was killed while pursuing the defeated enemy. Sometime later, Belleville de Montegu, one of his brothers in arms, told the story to the Dauphin of France, future Francis I of France. Through an epistle, Francis replies to Montegu how he dreamed of the apotheosis of Gaston and his meeting with Mars, the god of war.

    Keywords: Francis I of France, Gaston of Foix, Italian Wars, Battle of Ravenna, Epic, Dream.


  • Auteur : Debra KELLY
    Champs de bataille : expériences et imaginaires
    [Résumé]

    Cette contribution s’appuie sur la conception originelle du projet, à savoir l’événement que constitue la bataille saisi comme un fait culturel, et traite la représentation de la violence par des non-combattants – qui y sont toutefois impliqués de diverses façons – aussi bien que par les combattants. Il prend néanmoins un « détournement » de la proposition du récit de guerre comme source d’histoire, vers le récit de guerre comme source de représentation artistique ainsi que vers le « récit » au sens plus large, visuel aussi bien qu’écrit. L’objet d’analyse principal est pourtant un site spécifique de la violence des soldats, le champ de bataille. Une des questions fondamentales posée par cette analyse tourne autour de la problématique de la représentation et la réalité du champ de bataille, et de la réception de l’expression de la violence. La représentation sera-t-elle le seul moyen véritable de saisir et d’essayer de comprendre la violence ? Ces réflexions, et quelques exemples dans la première partie sur les « expériences » du champ de bataille, se situent dans le travail mené depuis une vingtaine d’années au sein du groupe de recherche international et interdisciplinaire, le « Group for War and Culture Studies », et porte donc sur l’étude culturelle de la guerre. Dans un deuxième moment, l’analyse passe de l’expérience à l’imaginaire avec une lecture des champs de bataille créés par l’artiste Cozette de Charmoy, champs de bataille imaginaires, mais des représentations qui s’engagent viscéralement avec le corps du soldat et qui semblent permettre au lecteur/spectateur l’accès à une expérience collective. La représentation devient-elle performative, devient-elle l’expérience même ? Un moyen, non de la « voir », mais de la « savoir » ?

    Mots-clés : Champs de bataille, Expériences et représentations artistiques des combattants et des non-combattants.

    Abstract: This contribution takes as its starting point the original conception of the project, that is to say understanding the event of battle as a cultural fact, and treats the representation of violence by non-combattants – who are nonetheless implicated in various ways – as well as by combattants. It does, however, take a “detour” from the proposition of the war narrative as historical source, towards the war narrative as source of artistic representation, as well as towards “narrative” in its widest meaning, visual as well as written. The main object of study is, nonetheless, a specific site of violence for the soldier, the battlefield. One of the fundamental questions posed by this analysis concerns the problematics of the representation of and the realities of the battlefield, and of the reception of the expression of violence. Is representation the only true way of grasping and attempting to understand violence? These reflections and the examples taken in the first part of the contribution on the “experiences” of the battlefield arise from work, carried out over a period of twenty years or so, by the international and interdisciplinary research group, the Group for War and Culture Studies, and are therefore concerned with a cultural approach to the study of war. In the second part of the contribution, the analysis moves from experience to artistic representation with a reading of the battlefields created by the artist Cozette de Charmoy, imagined battlefields therefore, but representations which viscerally engage with the body of the soldier and which appear to permit the reader/viewer access to a collective experience: does representation become performative, does it become the experience itself ? A way not of “seeing” it, but of “knowing” it?

    Keywords: Battlefields, Experiences and artistic representations of combattants and non-combattants.


  • Auteur : Jean-Claude CHEYNET
    La place des civils dans les récits de guerre byzantins
    [Résumé]

    Les civils apparaissent peu dans les récits de guerre byzantins, qui eux-mêmes ne sont guère abondants. L’Empire byzantin est habitué à l’état de guerre, notamment en Orient où seules des trêves précaires étaient négociées. Le civil était donc amené à défendre son village ou sa petite ville, lorsque les militaires étaient absents ou en nombre insuffisant. Les chroniqueurs lèvent un voile partiel seulement lors des sièges que subirent les grandes villes de l’Empire, Constantinople et Thessalonique. Dans ces circonstances, tous concourent, y compris les femmes, à la défense des murs. Lorsque la ville tombait, les civils survivants finissaient sur les marchés d’esclaves ou étaient rançonnés et payèrent donc un lourd tribut, lorsque les Perses, les Arabes puis les Turcs envahirent le territoire impérial.

    Mots-clés : Guerre de siège, Rôle des femmes, Esclaves, Rançon.

    Abstract: Civilians rarely appear in the Byzantine war stories, which themselves are hardly abundant. The Byzantine Empire is accustomed to a state of war particularly in the East where only precarious truces were negotiated. The civilian was therefore required to defend his village or small town, when the military were absent or in short supply. Chroniclers lift a partial veil during the sieges that suffered major cities of the Empire, Constantinople and Thessaloniki. In these circumstances all contribute, including women, to defend the walls. When a city fell, the civilian survivors ended up in the slave markets or were ransomed and thus paid a heavy price when the Persians, the Arabs and the Turks invaded the imperial territory.

    Keywords: Siege warfare, Role of women, Slaves, Ransom.


  • Auteur : Ghislaine STOUDER
    Les vieillards romains dans les récits de guerre à l’époque républicaine
    [Résumé]

    Si les vieillards étaient associés aux femmes et aux enfants dans les descriptions de scènes de violence pour être présentés comme des victimes des violences de guerre, ils avaient néanmoins cette particularité d’être considérés comme inutiles à la société en guerre. Ce constat valable pour d’autres civilisations antiques est à relativiser à Rome car ces hommes, qu’il s’agisse des seniores ou même des seneces, étaient susceptibles de prendre les armes pour défendre leur cité lors d’un danger particulièrement grand. Surtout, parmi ces vieillards, ceux qui appartenaient à l’élite romaine jouissaient d’un prestige particulier, par leur expérience, leur sagesse, capables de réaliser l’union autour d’eux. Incarnation des valeurs aristocratiques, ces vieillards démontraient alors dans les moments de péril militaire le recours que représentait l’aristocratie pour le salut de Rome.

    Mots-clés : Vieillard, senior/senex, Sac gaulois, Sénat, Aristocratie.

    Abstract: Old men were related to women and children in the descriptions of scenes of violence and were together presented as victims of those violences in war. But their special feature is to be considered as an unnecessary burden in a society at war. This assessment which could be applied to varied ancient societies, must be put into perspective concerning Rome, because these men, seniores or seneces, were likely to take arms to defend their own city when an exceptionally important danger was threatening the town itself. Above all, among the old men, those who belonged to Roman elite enjoyed a particular prestige due to their experience, their wisdom and their ability to achieve national unity. As they embodied the aristocratic values, the old men demonstrated in military danger the help that aristocracy represented for Roman safety.

    Keywords: Old man, senior/senex, Gallic sack, Senate, Aristocracy.


  • Auteur : Clément OURY
    Le rôle des ecclésiastiques dans la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714)
    [Résumé]

    La guerre de Succession d’Espagne, de 1701 à 1714, est le conflit le plus long, le plus difficile et le plus meurtrier du règne de Louis XIV. Il s’agit d’un affrontement de nature dynastique entre un candidat Bourbon, Philippe d’Anjou, petit-fils du roi de France, et un Habsbourg, Charles d’Autriche, fils de l’empereur. Il comporte cependant une dimension religieuse marquée : même si les deux prétendants sont catholiques, toute l’Europe protestante prend parti contre Louis XIV et le candidat Bourbon. Cet article s’intéresse au rôle des ecclésiastiques durant le conflit, en procédant par cercles concentriques. Au sein des armées, les hommes d’Église sont censés assurer l’encadrement spirituel et moral des combattants, mais aussi participer à leur soutien matériel. Ils tentent aussi de secourir les populations des pays occupés, soumis aux déprédations des forces en présence. Enfin, les ecclésiastiques tiennent, dans leurs sermons ou leurs écrits, un discours sur la guerre, qu’il s’agisse de dénoncer le conflit ou d’appeler à la lutte contre un ennemi perçu comme hérétique.

    Mots-clés : Guerre de Succession d’Espagne, 1701-1714, Ecclésiastiques aux armées, Armée française, Guerre de religion.

    Abstract: The War of the Spanish Succession, from 1701 to 1714, is the longest, hardest and bloodiest conflict of the reign of Louis XIV. It is a dynastic struggle between a candidate from the House Bourbon, Philippe of Anjou, grandson of the king of France, and a Habsburg, Charles of Austria, son of the emperor. It has however a strong religious coloration: even if both pretenders are Catholics, Protestant countries from all Europe join against Louis XIV and the Bourbon candidate. This paper is focused on the roles of the ecclesiastics during the conflict, which are successively analysed through concentrical circles. Within the armies, the Churchmen are entitled to take care of the spiritual and moral relief of the fighting forces, and to provide them a material support. They also try to help the civil populations of occupied countries, which are plundered by the soldiers of both sides. Finally, the ecclesiastics, through their sermons or writings, either denounce the conflict, or call to arms against an enemy seen as heretic.

    Keywords: War of the Spanish Succession (1701-1714), Ecclesiastics within armies, French army, War of religion.


  • Auteur : Nadine BERNARD
    Récits de guerre des Grecs : les anciens ont-ils leur place ?
    [Résumé]

    Les évocations des vexations et violences exercées aux dépens des populations désarmées constituent des passages récurrents de la littérature de guerre des Grecs. Toutes les catégories de « civils » ne sont pas, cependant, prises en considération de manière unifiée et équitable et les anciens, individuellement ou collectivement, ne retiennent que très rarement l’attention des auteurs. Ils ne font leur entrée dans l’histoire que sous certaines conditions, convoqués pour illustrer des points de scandale ou de rupture dans une mécanique guerrière. Cette discrétion contraste avec la place éminente que leur réservent d’autres formes de récits de guerre. En effet, les transpositions picturales et théâtrales des cycles épiques donnent un écho retentissant aux épreuves endurées par quelques figures d’aînés. C’est en suivant les destins opposés d’un Priam, d’un Anchise ou d’une Hécube, que l’on peut se représenter l’impact de la défaite pour le vieillard et mesurer, sous couvert du mythe, les contrecoups de l’événement traumatique. Appréhendée selon les règles et les exigences propres à chaque lecture du fait militaire, la guerre des anciens fait l’objet d’une mémoire éclatée et sélective.

    Mots-clés : Vieux, Vieilles, Violences de guerre, Littérature de guerre, Cycles épiques.

    Abstract: Evocations of humiliation and violence perpetrated against defenseless populations are recurrent passages in Greek war narrative. However, not all categories of “civilians” are taken into account in a unified and fair way and elders, individually or collectively, attract very rarely the attention of the authors. They enter history under certain conditions, summoned to illustrate points of scandal or rupture in the mechanics of war. This is in contrast with the prominent place reserved for them in other forms of war narratives. Indeed, pictorial and theatrical transpositions of epic cycles give a resounding echo to the hardships endured by some elder figures. Following the differing fates of Priam, Anchises or Hecuba, we can imagine the impact of defeat on the elderly and measure, under the cover of myth, the repercussions of the traumatic event. Apprehended through the rules and requirements to understand each military event, the war of the elders is the object of a fragmented and selective memory.

    Keywords: Elderly men, Elderly women, War violence, War narrative, Greek epic.


  • Auteur : Michèle VIROL
    Les civils, grands oubliés des relations de sièges des guerres du XVIIe siècle
    [Résumé]

    Les récits de sièges des guerres du XVIIe siècle sont multiples. Les auteurs ont progressivement adopté une norme pour exposer les actions menées par les belligérants, afin de respecter une longue tradition de récits avec ses archétypes de héros ou de glorification royale. Les techniques modernes d’investissement des places fortes percent parfois dans la mise en scène de la bravoure, mais les civils (paysans réquisitionnés pour les travaux, femmes et aumôniers), sont absents des récits des assaillants, n’apparaissant que par éclipses dans les relations des assiégés, pour des actes individuels de courage ou de charité.

    Mots-clés : Civils, Courage, Femmes, Glorification, Héros, Religieux, Topos littéraire.

    Abstract: There are many accounts of the sieges of wars in the 17th century. The authors gradually adopted a standard for exposing the actions of belligerents, in order to respect a long tradition of narratives with its archetypes of heroes or royal glorification. Modern techniques of investment in strongholds sometimes break through in the staging of bravery, but civilians (peasants requisitioned for work, women and chaplains), are absent from the accounts of the attackers, appearing only in eclipses in the relations of the besieged, for individual acts of courage or charity.

    Keywords: Civilians, Courage, Women, Glorification, Heroes, Religious, Literary topos.


  • Auteur : Sylvain JANNIARD
    Le récit de ses « petites guerres » par Synésios de Cyrène (ca 405-413)
    [Résumé]

    Lettres et discours de Synésios de Cyrène offrent un témoignage unique des difficultés rencontrées sur une frontière de l’empire romain au début du Ve siècle de notre ère. Participant de premier plan dans les événements qu’il rapporte, Synésios mobilise les énergies civiles et militaires pour protéger ses cités successives des rezzous menés par les nomades du sud de la Libye Pentapole entre ca 405-413. Toutefois, le contraste entre le tableau catastrophiste dressé par le grand notable de la province et les données matérielles attend encore une explication, requérant une mise au jour des logiques profondes, locales, militaires et politiques, qui président aux discours de Synésios et, avant eux déjà, à ses décisions. Il est cependant possible de retrouver ces logiques, en prenant mieux en compte la nature des troubles qui affectaient sa province, avant d’examiner précisément les informations sur l’action de la garnison provinciale et des milices civiques qu’il nous fournit. Le récit par Synésios de sa participation à la défense de la Cyrénaïque pourra ainsi être replacé dans le conflit entre les attentes des populations civiles et les choix de défense effectués par l’État en cas de menace de basse intensité, et dans les revendications par un grand notable d’un droit à intervenir dans la défense de sa province, à l’orienter voire à la superviser.

    Mots-clés : Libye romaine, Synésios de Cyrène, Guérilla, État romain tardif.

    Abstract: Letters and speeches of Synesios of Cyrene offer a unique testimony to the difficulties encountered on a frontier of the Roman Empire at the beginning of the fifth century AD. A leading participant in the events he reports, Synesios mobilizes civil and military forces to protect his successive cities from the raids led by the nomads of southern Libya Pentapole between ca 405-413. However, the contrast between the catastrophic picture painted by the great provincial leader and the material facts, still awaits an explanation, requiring an update of the profound, local, military and political logic that governs the speeches of Synesios and, even before them, his own decisions. It is possible, however, to re-establish these logics, by taking better account of the nature of the troubles in his province, before examining precisely the information he provides on the action of the provincial garrison and civic militias. Synesios’ account of his participation in the defence of Cyrenaica can thus be placed in the conflict between the expectations of the civilian population and the defence choices made by the State in the event of a low-intensity threat, and in the claim by a prominent figure for a right to intervene in the defence of his province, to guide it or even to supervise it.

    Keywords: Roman Libya, Synesios of Cyrene, Guerilla warfare, Late Roman State.


  • Auteur : Françoise MICHAUD-FRÉJAVILLE
    De Christine de Pizan à Anatole France, les récits de l’échec de Jeanne d’Arc devant Paris (1429)
    [Résumé]

    Les succès obtenus par les armées de Charles VII après l’étonnante arrivée de Jeanne d’Arc ont été immédiatement accompagnés des récits des combats, sous forme de lettres ou de notations de diaristes (été 1429). Quelques années plus tard, des chroniqueurs ont repris ces épisodes, puis, pendant et après le procès en annulation (1456), les témoignages tardifs des compagnons ont permis d’ajouter des broderies. Tout cela a fait la manne des historiens. À partir du cas de l’échec de Jeanne devant Paris (8 septembre 1429) on examinera comment, et si possible pourquoi, les récits historiques se sont enrichis ou appauvris depuis le XVIe siècle jusqu’à la redécouverte de sources au XVIIIe siècle puis les publications savantes du XIXe siècle. Le terme choisi ici, la Vie de Jeanne d’Arc d’Anatole France, est contemporain de la béatification de la Pucelle (1909).

    Mots-clés : Jeanne d’Arc, Paris, Récits, Légendes.

    Abstract: The successes achieved by Charles VI’s armies after the astonishing arrival of Joan of Arc, were immediatly accompagnied by relations of the fighting, letters, notations of diarist (summer 1429). Few years later, chroniclers resumed these episodes, then, during and after the trial for annulment (1546), the late testimonies by the companions added embroideries. All this gave matter for the historians. From the case of Jean’s failure in front of Paris (8 september 1429), we will examine how, an why, the historical narratives have been enriched or impoverished, since the 16th century until the rediscovery of more sources in the 18th century and the scholars’s publications (19th century). The Vie de Jeanne d’Arc by Anatole France, here chosen as a limit, was contemporaneous with the Pucelle’s beatification (1909).

    Keywords: Joan of Arc, Paris, Relations, Legends.


  • Auteur : Pierre ALLORANT
    Les civils dans la correspondance de Jean Jacques Ballard, médecin de la Grande Armée, avec son épouse Ursule restée en France (1802-1812)
    [Résumé]

    Un médecin dans le sillage d’une armée garde-t-il l’esprit d’un civil ? Sa correspondance intime avec son épouse restée en France peut-elle être considérée comme un récit ? Quels sont les ressorts de la narration dans une correspondance privée, échanges centrés sur l’expression de sentiments amoureux et des hauts et des bas d’une relation conjugale. Quelle place y occupent les civils des pays traversés, occupés, combattus ? Les lettres d’Ursule et de Jean-Jacques Ballard parcourent l’Europe napoléonienne, en épousant le rythme des guerres et la géographie de ses fractures. Si la vie des civils français reste, à titre comparatif, toujours présente en arrière-plan des descriptions et des anecdotes, ces échanges épistolaires nourris et réguliers dressent un tableau contrasté des sociétés civiles rencontrées au fil de l’épée et au gré des hôpitaux de campagne : de l’Allemagne, le docteur Ballard revient séduit de l’auscultation de ses semblables, des civils policés, tolérants et lettrés, des femmes protestantes libres, des juifs émancipés et savants.

    Mots-clés : Médecin militaire, Lumières, Grande Armée, Correspondance épistolaire, Conjugalité, Crimes de guerre.

    Abstract: Letters from the french military doctor, Jean-Jacques Ballard, to his wife Ursule at home, in the city of Autun, travell all around napoleonic Europe, since 1805 to the Berezina’s battle. This enlightened intellectual describes civil Life, academic meetings and war days of austrian, german and spanish cultural elite and bourgeoisie. He writes about women’s dresses, manners and liberty, about librairies and universities, but Also about terrific violencies during civil war in Spain, a true “human corrida”. French realities are present to compare social differences and similarities, in the slipstream of the Grande Armée.

    Keywords: Military Doctor, Enlightenment, Napoleonic Grande Armée, Epistolary matrimonial Correspondence, War violencies.