Imprimer

Pierre Lévêque (1921 - 2004)

 

Pierre Lévêque nous a quittés. Il n'est guère besoin de dire ici toute la tristesse de celles et de ceux qui, sous sa direction et avec lui, ont vécu une aventure scientifique à bien des titres, singulière.

Autour d'une équipe bisontine peu nombreuse qu'il a su motiver et mobiliser, P. Lévêque a pu établir puis progressivement élargir un maillage de coopérations scientifiques, indispensable au développement d'une vraie recherche collective.

Persuadé de la nécessité de diffuser rapidement les résultats de la recherche, P. Lévêque s'est fait éditeur. Longtemps il a dirigé les "Annales Littéraires de l'Université de Besançon" (ALUB) et les a fait connaître dans l'univers très particulier de l'édition scientifique. Plus longtemps encore, il a conduit la politique éditoriale du Centre d'histoire ancienne devenu l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité.

Mais P. Lévêque n'a pas voulu seulement transmettre les savoirs, il a cherché à confier à l'écrit les témoignages de ces échanges scientifiques qu'il savait si bien susciter. De fait, ne nous y trompons pas, il plaçait ces conversations courtoises et chaleureuses, où se déployait tout son charme, au cœur de sa démarche scientifique fondée sur une curiosité toujours nouvelle pour les idées des autres, sur un intérêt toujours renouvelé pour les autres. Les Dialogues d'Histoire Ancienne qu'il créa avec Monique Clavel-Lévêque, par leur périodicité allaient permettre de continuer et de prolonger ces échanges, de dialoguer en quelque sorte en continu. Pour toutes ces raisons et pour d'autres encore, reste marqué dans mon souvenir ce soir parisien où il me confia la responsabilité de "notre revue".

Aujourd'hui, sous une forme renouvelée, la revue DHA - pour utiliser la signalétique cle L'Année philologique - publiée avec le concours du CNRS, reste fidèle à la ligne éditoriale fixée lors de sa création en 1974 : proposer des approches méthodologiques diverses, inventorier des domaines nouveaux, offrir des vues neuves sur des espaces trop longtemps considérés comme périphériques, donner à de jeunes chercheurs la possibilité de témoigner "en direct" de recherches en cours.

Et, de fait, ce sont bien les présupposés de tout dialogue scientifique qui sont ainsi posés.

Ses amis, ses collègues lui rendront hommage dans un prochain volume des Dialogues d'Histoire Ancienne.

Mais c'est évidemment à Pierre Lévêque - pouvait-on en douter ? — que sont offerts ces Dialogues du printemps 2004.

Jacques Annequin