Imprimer

Thème

Le GIS « Humanités classiques » vise à renforcer la coopération d'un certain nombre de laboratoires et d'équipes de recherche consacrant leurs travaux aux humanités classiques et à la mise en valeur de leur corpus. Il comprend les disciplines suivantes : philosophie antique, littératures anciennes, philologie, linguistique, archéologie, anthropologie, histoire ancienne, histoire du fait religieux, histoire de l'art et iconographie, histoire et théorie des droits antiques, sans oublier l'histoire des sciences et des techniques, toutes disciplines constitutives de ce qui est défini comme les humanités classiques.
Ces disciplines, quelle que soit la différence de leurs perspectives propres, partagent toutes une pratique savante des langues anciennes (grec, latin, mais aussi hébreu, syriaque ou arabe), au service de la science des textes, de l'étude de leur constitution, de leur traduction, de leur transmission et de leur réception jusqu'au moyen-âge, à la renaissance et à l'âge classique. Il est clair que les Humanités classiques constituent l'assise fondamentale des sciences de l'érudition au sens le plus général du terme et leur procurent un certain nombre d'instruments indispensables. Ce genre d'études contribue par ailleurs à une meilleure connaissance d'un certain nombre de gestes fondamentaux à l'origine des savoirs et des cultures de la modernité, et nous conduisent à mieux appréhender la manière dont l'Antiquité continue à inspirer, sous de nouvelles formes, notre contemporanéité. Rappelons par exemple les commentaires que René Thom faisait de la Physique d'Aristote au Séminaire Loi, ou encore "le platonisme sauvage" dont se réclame le mathématicien Alain Connes. Il serait aisé de multiplier ainsi les exemples de dialogue entre les humanités classiques et les savoirs les plus contemporains.

Il s'agit ainsi, à travers ce GIS, de donner une plus grande visibilité à des recherches actives mais souvent dispersées entre un grand nombre d'unités de recherche. Il s'agit aussi de souligner l'importance de l'interdisciplinarité au sein des Humanités classiques, une interdisciplinarité que l'intelligence des langues anciennes contribue à justifier et à structurer. Il s'agit enfin à travers ce réseau de réfléchir aux meilleurs moyens de mettre les humanités classiques au service du mouvement actuel et à venir des connaissances.

Organisation

Le groupement est fondé pour 5 ans renouvelables. Il est piloté par un conseil de direction composé des représentants des laboratoires concernés ; ce conseil est :

Objectifs

Le réseau se fixe un certain nombre d'objectifs scientifiques et institutionnels précis.

  1. Mettre en valeur les processus de production, de transmission et de réception des savoirs et des doctrines antiques, en particulier à travers leurs langues (terminologie, constitution de lexiques spécialisés, etc.). Insister dans ce cadre sur l'importance des opérations de traduction du grec en latin, en syriaque ou en arabe, de l'arabe en latin, du latin au vernaculaire.
  2. Développer, dans le cadre universitaire, l'étude et la connaissance des langues anciennes qui constituent le mode d'accès incontournable d'une immense tradition textuelle menacée d'oubli.
  3. Rassembler des équipes de statut différent (EA, UMR, etc.) et permettre la collaboration mutuelle entre universités et autres établissements autonomes.
  4. Éviter, en un domaine hautement spécialisé, les effets de dispersion liée à la nouvelle cartographie scientifique, peu propice à la visibilité de ce type de recherche.
  5. Favoriser les collaborations entre chercheurs des différents laboratoires concernés afin de multiplier et de renforcer leurs projets de recherche.
  6. Favoriser l'accès de ces projets aux programmes nationaux, européens et internationaux de financement de la recherche.