ISTA


retour

Cahiers du théâtre antique N°4 - Cahiers du GITA nouvelle série 22
Auteur : Agnès LAFONT, Marie-Pierre NOËL, Pierre PONTIER
Lieu d'édition : Besançon
Année de parution : 2021
Nombre de pages : 328p.
ISBN : 9782848678719
Format : 16*22


[Sommaire]

Présentation
Agnès LAFONT, Marie-Pierre NOËL, Pierre PONTIER

Structuration et restructuration du matériau mythologique de l’Antiquité au XVIIe siècle

Une figure divine en clair-obscur : Perséphone dans l’Hymne Homérique à Déméter
Christine HUNZINGER

Thésée en prose. Remarques sur la transmission du mythe à l’époque classique, d’Hérodote à Isocrate
Pierre PONTIER

La Vie de Thésée de Plutarque : déconstruction et reconstruction d’un mythe
Pierre SAUZEAU

Déméter et Perséphone en Arcadie (Pausanias, 8, 25, 4-7 et 8, 42, 1-13)
Laurent GOURMELEN

Représentation du mythe de Perséphone en Étrurie
Élisabeth BUCHET

Thésée aux enfers : un processus de concaténation mythologique ?
Yves PEYRE

Thésée en Avignon, ou les labyrinthes de l’amour. Commentaire des « Cassoni » Campana du Musée du Petit Palais
Pierre SAUZEAU


Le mythe en scène, de l’Antiquité au XVIIe siècle

Thésée l’étranger dans l’Héraclès furieux d’Euripide et l’Œdipe à Colone de Sophocle
Marie-Pierre NOËL

Sophocle, Œdipe à Colone : Thésée et Œdipe
Anne LEBEAU

Qui va à la chasse perd sa place. Le personnage de Thésée dans Hercule Furieux et Phèdre de Sénèque
Pascale PARE-REY

Thésée au carrefour des influences mythologiques dans l’œuvre de Shakespeare
Agnès LAFONT

Thésée revu et corrigé par Robert Garnier
Cécile FOURNIAL

Le « moment Thésée » dans le théâtre parisien des années 1670
Bénédicte LOUVAT

Proserpine à l’Opéra : le mythe de Perséphone dans la tragédie en musique de Lully et Quinault
Pascal DENECHEAU

Table des illustrations
Résumés
Présentation des contributeurs


[Contents]

Dans son récent Qu’est-ce que la mythologie grecque ?, Claude Calame relève « l’inépuisable richesse sémantique et figurée des récits que nous identifions comme mythiques ». Le mythe, par nature polysémique, est ainsi l’affaire de chaque génération qui en hérite et qui le transpose dans des aires culturelles et selon des perspectives nouvelles, recréant ainsi à l’infini sa forme et sa signification. Ce sont les processus à l’œuvre dans cette recréation permanente – assimilation, comparaison, superposition, concaténation mythologique – que nous nous proposons d’étudier dans ce recueil sur la longue durée, de l’Antiquité gréco-romaine au XVIIe siècle, en France et en Angleterre.

In his recent book Qu’est-ce que la mythologie grecque ? (What is Greek mythology?), Claude Calame notes the “inexhaustible semantic and figurative richness of the stories we identify as mythical”. Myth, by nature polysemic, is thus the business of each generation that inherits it and transposes it into new cultural areas and perspectives, thus endlessly recreating its form and meaning.
It is the processes at work in this permanent recreation – assimilation, comparison, superposition, mythological concatenation – that we intend to study in this volume over the long term, from Greco-Roman antiquity to the 17th century, in France and England.

En su reciente libro Qu’est-ce que la mythologie grecque ? (¿Qué es la mitología griega?), Claude Calame señala la “inagotable riqueza semántica y figurativa de las historias que identificamos como míticas”. El mito, por su propia naturaleza polisémica, es por tanto asunto de cada generación que lo hereda y lo transpone a nuevos ámbitos y perspectivas culturales, recreando así sin cesar su forma y su significado. Son los procesos que operan en esta recreación permanente – asimilación, comparación, superposición, concatenación mitológica – los que nos proponemos estudiar en esta colección a largo plazo, desde la antigüedad grecorromana hasta el siglo XVII, en Francia e Inglaterra.


Descriptif du collectif
  • Auteur : Christine HUNZINGER
    Une figure divine en clair-obscur : Perséphone dans l'Hymne homérique à Déméter
    [Résumé]

    Cette étude porte sur le personnage de Perséphone dans l’Hymne homérique à Déméter. La déesse peut être caractérisée comme une figure en clair-obscur dans cet hymne – non pas au sens de demi-teinte, mais d’oxymore : une figure qui concentre en elle des contrastes abrupts. C’est ce que montre l’examen, dans le texte, des signes de sa présence sensible et des traces de sa perception par les autres acteurs du récit, du jeu de ses désignations dans les vers – nom propre, épithètes et périphrases –, du rôle qui lui est dévolu dans le fil narratif, ainsi que des figures de substituts qui émaillent le récit.

    Abstract : This study deals with the character of Persephone in the Homeric Hymn to Demeter. The goddess can be characterized as a chiaroscuro figure in this hymn – not in the sense of a halftone character, but as an oxymoronic one, a figure coalescing sharp contrasts. This is done through a careful textual examination of the signs of her sensitive presence as well as through an analysis of how other actors perceive her. This is done by mapping the repartition of her designations in the verse – proper name, epithets and periphrases –, by a study of the role assigned to her character in the narrative, as well as by the use of substitute figures which punctuate the storyline.



  • Auteur : Pierre PONTIER
    Thésée en prose. Remarques sur la transmission du mythe à l’époque classique, d’Hérodote à Isocrate
    [Résumé]

    L’étude est consacrée aux utilisations du personnage de Thésée dans la prose de l’époque classique, d’Hérodote à Théophraste. Le rapt d’Hélène et l’action politique de Thésée (le synoecisme) sont les deux épisodes marquants les plus mis en valeur, dans une réflexion sous-jacente sur la politique athénienne. Ainsi, chez Hérodote et Thucydide, le héros issu d’une époque reculée apparaît de façon marginale mais révélatrice, associé à la Guerre du Péloponnèse ; au siècle suivant, Isocrate lui accorde une place centrale dans l’Eloge d’Hélène, associant son union avec Hélène à l’union politique de la cité, grâce au concept d’oikeiotès. La résurgence de Thésée dans ces textes s’inscrit dans un débat politique sur la démocratie athénienne que l’on retrouve dans les autres témoignages en prose.

    Abstract : This study focuses on the uses of Theseus as a character in sources in prose from the Classical period, from Herodotus to Theophrastus. Theseus’ abduction of Helen and his political action (also referred to as synoecism) are the two most recurring episodes, as they belong to an ongoing reflection on Athenian politics. Thus, in Herodotus and Thucydides, the hero who comes from an earlier time appears in a marginal but revealing manner when associated with the present of the Peloponnesian War ; in the following century, Isocrates gives him a preeminent position in his Encomium of Helen, identifying his union with Helen with the political union of the city, thanks to the concept of oikeiotes. The resurgence of Theseus in these texts is part and parcel of a political debate on Athenian democracy which can also be found in the other prose accounts.



  • Auteur : Pierre SAUZEAU
    La Vie de Thésée de Plutarque : déconstruction et reconstruction d’un mythe
    [Résumé]

    Cest dans une perspective de mythologue que nous nous intéresserons ici à la Vie de Thésée de Plutarque, qui constitue un exemple remarquablement complexe de la pratique du mythe au sein d’une culture désormais dominée par l’écriture depuis de nombreux siècles. Nous nous proposons de montrer que cette Vie s’organise sur le modèle des autres Vies fondées sur des données historiques ; mais en vue de présenter, en ouverture d’une oeuvre d’ensemble, une Vie « fondatrice », Plutarque travaille les différentes versions du mythe ancien pour en faire à son tour une version nouvelle, une (re)composition cohérente d’une histoire possible.

    Abstract : This article focuses on Plutarch’s Life of Theseus from a mythologist’s perspective. This text constitutes a remarkably complex example of the practice of myth within a culture that has been dominated by writing for many centuries. This article shows that this Life is structured on the model of other Lives based on historical data ; but in order to present it as a “founding” Life at the opening of the whole work, Plutarch reworks the different versions of the myth to make a new version of it, a coherent (re)composition of a possible history.


  • Auteur : Laurent GOURMELEN
    Déméter et Perséphone en Arcadie (Pausanias, 8, 25, 4-7 et 8, 42, 1-13)
    [Résumé]

    Pausanias (Périégèse, 8), rapporte des traditions arcadiennes relatives à deux sanctuaires consacrés à Déméter, à Thelpousa et à Phigalie, qui ont en commun de comporter des récits mythiques étiologiques évoquant l’errance de Déméter à la recherche de Perséphone. Ces récits, manifestement apparentés, font apparaître différentes originalités remarquables par rapport à la vulgate du mythe fixée par l’Hymne homérique à Déméter. En particulier, la déesse ne retrouve pas sa fille et pourtant, en l’absence de tout accord avec les autres dieux, elle met fin à sa colère. L’analyse de ces récits et traditions religieuses, par le biais d’une comparaison avec les données de l’Hymne homérique, vise à expliquer leurs particularités intrigantes et à montrer qu’à leur façon, ils révèlent d’autres vérités du mythe de Perséphone.

    Abstract : Pausanias (Periegesis, 8) mentions Arcadian traditions concerning two sanctuaries dedicated to Demeter in Thelpousa and in Phigalia, that both include etiological mythical narratives about Demeter’s wandering in search of Persephone. These narratives, obviously linked, clearly show various original characteristics different from the vulgate of the myth fixed by the Homeric Hymn to Demeter. Notably the goddess cannot find her daughter and yet, even though there is no agreement with the other gods, she abandons her wrath. This paper, by comparing these myths and religious traditions with the data of the Homeric Hymn, aims at explaining their intriguing pecularities and at showing that, in their own way, they reveal different truths about the myth of Persephone.



  • Auteur : Elisabeth BUCHET
    Représentation du mythe de Perséphone en Étrurie
    [Résumé]

    Si la figure d’Aita, Hadès, a pu être lié à des éléments étrusques préexistants, comme Calu, Phersipnei, qui apparaît dans quelques représentations figurées, a longtemps été considérée comme un simple calque de Perséphone. On se propose de présenter de manière synthétique le dossier, en s’interrogeant sur l’évolution proprement étrusque de la déesse et sur le débat qui entoure l’interprétation d’une inscription de Pyrgi qui a conduit certains chercheurs à proposer une identification entre Catha, qui y est mentionnée, et Perséphone.

    Abstract : Whereas Etruscan Aita, Hades, has often been linked to other Etruscan figures like that of Calu, Phersipnei, a rather scarce figure in Etruscan iconography, has long been thought of as a mere transcription of Persephone. This article aims at presenting the material available in order to trace possible Etruscan elements of the goddess in her iconography, as well as the debates which surround the interpretation of an inscription found in Pyrgi which has led some to identify Catha with Persephone.



  • Auteur : Yves PEYRÉ
    Thésée aux enfers : un processus de concaténation mythologique ?
    [Résumé]

    Si l’écriture mythologique tend à morceler le mythe de Thésée en quelques épisodes exemplaires, elle montre aussi une propension à bâtir de nouveaux systèmes littéraires en articulant certains mythes entre eux, formant alors des « concaténations » inédites. L’article montre que, à l’époque médiévale et lors de la première modernité (Italie, France, Angleterre), la concaténation entre les catabases d’Orphée, de Thésée et d’Hercule, qui tire son origine d’une lecture « erronée » des mythes classiques (faisant de Proserpine l’épouse légitime d’Orphée) témoigne en réalité d’un phénomène de structuration du matériau mythologique récurrent et fructueux. Le rapprochement entre les histoires d’Orphée, d’Hercule et de Thésée s’opère dans le Recoeil des hystoires de Troyes de Raoul Le Fèvre (c. 1464) qui enchaîne l’enlèvement de Proserpine par Pluton, la tentative d’Orphée de ramener Eurydice, personnage qui fusionne ici avec Proserpine, la tentative de Thésée et Pirithous d’enlever Proserpine, puis la libération de Thésée et la capture de Cerbère par Hercule. Ce passage de Le Fèvre, traduit fidèlement en anglais par William Caxton, dans The Recuyell of the historyes of Troye (1473), est à la source du poème de William Warner, Albions England (1597) puis se retrouve dans l’écriture mythologique de la Troia Britanica de Thomas Heywood (1609) : cet exemple illustre un trait particulier de ces continuités de la circulation des textes et des transferts culturels européens.

    Abstract : If mythological writing tends to break down the myth of Theseus into a few exemplary stories, it also shows a propensity to build new literary systems by articulating some myths together, thus forming new “concatenations”. The article shows that, in the medieval and in the early modern periods (Italy, France, England), the concatenation between the catabases of Orpheus, Theseus and Hercules, which originates from an “erroneous” reading of the classical myths (making Proserpina the legitimate wife of Orpheus) is in fact a restructuring process of the mythological material, which is recurrent and fruitful. The connection between the stories of Orpheus, Hercules and Theseus is made in Raoul Le Fèvre’s Recoeil des hystoires de Troyes (c. 1464), which links the abduction of Proserpina by Pluto, Orpheus’ attempt to bring back Eurydice, who is merged with Proserpina here, Theseus’ and Pirithous’ attempt to abduct Proserpina, and then Theseus’ liberation and Cerberus’ capture by Hercules. This passage by Le Fèvre, faithfully translated into English by William Caxton in The Recuyell of the historyes of Troye (1473), is the source of William Warner’s poem Albions England (1597), and is again taken up in the mythological writing of Thomas Heywood’s Troia Britanica (1609) : this example illustrates a particular feature of these continuities in the circulation of texts and European cultural transfers.



  • Auteur : Marie-Pierre NOËL
    Thésée l’étranger dans l’Héraclès furieux d’Euripide et l’OEdipe à Colone de Sophocle
    [Résumé]

    Les études consacrées à Thésée dans la tragédie attique s’intéressent surtout à la figure du roi démocrate, qui incarne les idéaux de la cité d’Athènes. Toutefois, cette figure patriotique conserve aussi des traits plus anciens, parfois contradictoires, que les poètes réinterprètent par une re-sémantisation du mythe. Tel est le cas du Thésée « étranger » (xenos), que l’on trouve notamment dans l’Héraclès furieux d’Euripide et dans l’OEdipe à Colone de Sophocle, où il est associé chaque fois à un héros déraciné, respectivement Héraclès et OEdipe, avec lequel il partage une expérience commune de la descente aux Enfers. Nous verrons dans cet article comment les deux poètes tragiques en mettant en rapport ces différents éléments soulignent l’humanité profonde du personnage et celle du héros auquel il est associé, dans une perspective à chaque fois différente. Car si, chez Euripide, c’est le couple complémentaire Thésée-Héraclès qui incarne les aléas de la vie humaine, soumise au renversement permanent et à la finitude, chez Sophocle, Thésée l’Athénien et OEdipe l’apatride incarnent tous deux, malgré leurs différences, le caractère fondamental de l’humanité, la mort, qui fait d’eux des étrangers de passage sur terre, destinés à devenir les hôtes éternels d’Hadès.

    Abstract : The studies devoted to Theseus in the Attic tragedy are mainly interested in the figure of the democrat king, who embodies the ideals of the city of Athens. However, this patriotic figure also retains older, sometimes contradictory features, which the poets reinterpret by re-semantising the myth. This is the case of Theseus the “foreigner” (xenos) in Euripides’ Heracles and Sophocles’ OEdipus at Colonus : respectively associated with a wandering hero, Heracles and Oedipus, Theseus shares with them an experience of the descent into the Underworld. This essay analyses how both tragic poets relate these various elements to emphasize Theseus’ profound humanity as well as that of the hero with whom he is associated, yet doing so according to different perspectives. While in Euripides’ Heracles, the complementary couple Theseus-Heracles embodies the hazards of human life, ever subjected to permanent reversal and finitude, in Sophocles’ OEdipus at Colonus, in spite of their differences, both the Athenian Theseus and the stateless OEdipus personify the fundamental character of humanity, namely death, which makes them outsiders on earth, meant to become Hades’ eternal guests.



  • Auteur : Anne LEBEAU
    Sophocle, OEdipe à Colone : Thésée et OEdipe
    [Résumé]

    Dans la pièce, Thésée n’est pas seulement un roi idéal d’une cité idéale. Il est un héros singulier : Sophocle lui confère une grandeur humaine en effaçant de sa généalogie ce qui en fait d’ordinaire un demi-dieu ; il en fait un roi doté d’un pouvoir absolu, à la différence des « rois démocrates » d’autres tragédies de la supplication, et sa piété est plus libérale, éloignée du ritualisme scrupuleux des Coloniates. Enfin, de façon apparemment inédite, il établit une proximité étroite entre Thésée et OEdipe jusque dans les relations entre leurs familles.

    Abstract : In Sophocles’ OEdipus at Colonus, Theseus is not just an ideal king in an ideal city, he is also a unique hero : Sophocles endows him with human prestige by erasing all mention of his godly genealogy. He turns him into a king with absolute power, as opposed to the “democratic kings” to be found in other tragedies of the supplication, et his piety is more liberal, far from the scrupulous ritualism of the people in Colonus. Finally, and this seems an unheard connection, he establishes a close link between Theseus and OEdipus in their family relationships.



  • Auteur : Pascale PARÉ-REY
    “Qui va à la chasse perd sa place.” Le personnage de Thésée dans Hercule Furieux et Phèdre de Sénèque
    [Résumé]

    La présence de Thésée dans les tragédies de Sénèque est sporadique : simplement mentionné dans l’Hercule sur l’OEta, il ne figure comme personnage à part entière que dans Hercule Furieux et dans Phèdre. C’est donc sur ces deux pièces, où le personnage apparaît respectivement de façon irrégulière ou continue, que porte notre enquête. Il y revêt bien sûr plusieurs rôles et plusieurs masques : il est avant tout celui qui revient des Enfers, et il narre son expérience dans des tirades qui l’apparentent à un narrateur épique. C’est, corrélativement, l’incarnation de la valeur d’amitié : c’est pour Pirithoos qu’il a effectué son séjour au royaume des morts ; c’est à Hercule qu’il offre l’hospitalité. Ces rôles dramatiques dessinent un personnage connoté positivement au sein de relations sociales de qualité, alors que, au sein de ses relations familiales, il se trouve systématiquement mis en échec. Que ce soit en tant que père ou en tant qu’époux, son rôle dramaturgique de personnage absent, d’époux bafoué et accusé, de père indigné, abusé, et enfin endeuillé l’oppose aux quêtes des personnages principaux que sont Phèdre et Hippolyte. Mais, in fine, les absences et les échecs de Thésée permettent à la tragédie de se dérouler : ce sont les moteurs du mythe et de l’action tragique.

    Abstract : The presence of Theseus in the tragedies of Seneca is neither frequent nor continuous : with merely a cameo appearance in Hercules OEtaeus, he appears as a fully-fledged character only in Hercules Furens and in Phaedra. Our investigation thus centers on these two plays, in which he appears respectively in an irregular or continuous manner. He takes on several roles : he is first and foremost the one who returns from the Underworld, and he reports his experience in tirades, much like an epic narrator. Correlatively, he embodies the value of friendship as he visited the realm of the dead for the sake of Pirithoos and he offers hospitality to Hercules. These roles sketch a character with positive connotations, within peaceful social relationships, while, in his family, he is systematically set up to fail. Whether as a father or as a husband, his dramatic roles as an absent character, a scorned and accused husband, an indignant, abused, and finally mourning father contrast with the quests of the main characters, Phaedra and Hippolytus. But, in the end, Theseus’ absences and failures allow the tragedy to unfold, as the driving forces of myth and tragic action.



  • Auteur : Agnès LAFONT
    Thésée au carrefour des influences mythologiques dans l'oeuvre de Shakespeare
    [Résumé]

    Ce chapitre interroge la création mythologique du personnage de Thésée dans l’oeuvre de Shakespeare. Des Deux Gentilshommes de Vérone, au diptyque Le Songe d’une nuit d’été et Les Deux nobles cousins, Thésée occupe une place charnière, tour à tour, et tout à la fois, personnage politique qui règne sur le duché d’Athènes et comble des amants infidèles, commentateur de l’intrigue, voire régisseur de théâtre. Il est le fruit d’une réécriture des classiques (Plutarque, Stace, Ovide) et de leur adaptateurs médiévaux anglais (Chaucer, Lydgate) et témoigne ainsi de la plasticité de création littéraire shakespearienne, qui sait ouvrir des « fenêtres mythologiques » inédites pour y placer son personnage dans l’imaginaire de son auditoire, riche de ses lectures classiques et médiévales.

    Abstract : This chapter questions Shakespeare’s creative rewriting of the character of Theseus. From The Two Gentlemen of Verona, to the diptych A Midsummer Night’s Dream and The Two Noble Kinsmen, Theseus’ character is at the same time a politician in charge of the dukedom of Athens, the paragon of unfaithfulness, an astute commentator of the plot, and even a theatre manager. Shakespeare’s character results from the reworking of the Classical tradition (Plutarch, Statius, Ovid) and of the post-Classical one (Chaucer and Lydgate), thereby illustrating Shakespeare’s labile use of mythology as he opens, as I suggest, original “mythological windows” and engages with his audience’s imaginary powers, recalling and rewriting a new Theseus, from Classical and Medieval perspectives.



  • Auteur : Céline FOURNIAL
    Thésée revu et corrigé par Robert Garnier
    [Résumé]

    Lorsqu’il compose Hippolyte (1573), Robert Garnier innove en promouvant Thésée au rang de personnage principal. Point focal de l’action tragique, Thésée devient à la fois l’origine et la finalité de la tragédie. Ce nouveau coupable à châtier reconfigure le système des personnages, dans un jeu de correspondances et de contrastes. Garnier construit Thésée à partir de données qu’il trouve dans ses sources euripidéenne et sénéquienne mais qu’il déplace et transforme. Le sens du personnage et de la tragédie en est profondément modifié. L’étude de la réécriture de Thésée permet de mesurer l’importance de la source euripidéenne, souvent minorée, et l’orientation propre de la dramaturgie tragique de Garnier.

    Abstract : When writing Hippolyte (1573), Robert Garnier innovated by elevating Theseus to the status of main character. Now the focal point of the tragic plot, Theseus becomes at one and the same time the origin and the purpose of the tragedy. With is new guilty character to be punished, the relations between the characters are reconfigured, establishing interplaying connections and contrasts. Garnier models his Theseus with elements taken from his Euripidean and Senecan sources, but shifts and transforms them so that the meaning of both the character and the tragedy is deeply modified. Studying the way Theseus is reworked shows the importance of Garnier’s often underrated Euripidean source and the specific orientation of his tragic playwriting.



  • Auteur : Bénédicte LOUVAT
    Le “moment Thésée” dans le théâtre parisien des années 1670
    [Résumé]

    La présence du personnage de Thésée est particulièrement remarquable dans le théâtre parisien des années 1670, où on le trouve dans cinq oeuvres, trois tragédies consacrées au sujet de Phèdre et Hippolyte (les Phèdre et Hippolyte de Racine et Pradon) et à l’abandon d’Ariane (Ariane de Thomas Corneille), une pièce à machines de Donneau de Visé (Le Mariage de Bacchus et d’Ariane) et une tragédie en musique de Quinault et Lully (Thésée). Sans être jamais le personnage principal de ces pièces, Thésée y est le support d’une figuration mondaine de l’inconstance ainsi que d’une réflexion sur l’héroïsme.

    Abstract : Theseus is particularly notable in the Parisian drama of 1670s, as he appears in five plays – three tragedies devoted to the subject of Phaedra and Hippolytus (Racine’s Phèdre et Hippolyte and Pradon’s eponymous tragedy) and Theseus’ desertion of Ariane (Thomas Corneille’s Ariane), a “pièce à machines” (a play using some kind of special effects) by Donneau de Visé (Le Mariage de Bacchus et d’Ariane) and a tragedy in music by Quinault and Lully (Thésée). Theseus is never the main character in these plays, but stands for the mundane embodiment of inconstancy and the source of a reflection on heroism.



  • Auteur : Pascal DÉNÉCHEAU
    Proserpine à l’Opéra : le mythe de Perséphone dans la tragédie en musique de Lully et Quinault
    [Résumé]

    Proserpine n’apparaît que très rarement sur la scène de l’Opéra de Paris sous l’Ancien Régime. L’histoire de la jeune femme enlevée par Pluton et contrainte d’épouser le maître des Enfers n’était pas la plus propice à fournir un bon sujet d’opéra. Si l’on retrouve ponctuellement le personnage de Proserpine dans le ballet de cour, puis dans quelques rares ouvrages du répertoire de l’Opéra de Paris, seul un ouvrage est consacré à cette déesse : la tragédie en musique Proserpine de Jean-Baptiste Lully et Philippe Quinault (1680). Étrangement, ce serait Louis XIV qui aurait choisi le sujet de cet opéra, spécialement pour le mariage de son fils, le Grand Dauphin, avec Marie-Anne de Bavière. La présente étude s’attarde sur les conditions de la création de cette oeuvre particulière, l’une des plus belles du répertoire lyrique français.

    Abstract : Proserpine was seldom staged at the Opéra de Paris in the early modern period. The story of the young woman kidnapped by Pluto and forced to marry the master of the Underworld was not thought a proper and fitting subject for an opera. While Proserpina appears as a character in a ballet de cour and in a few rare works in the repertoire of the Opéra, only one work is dedicated to her: Jean-Baptiste Lully and Philippe Quinault’s musical tragedy Proserpine (1680). Surprisingly, it was Louis XIV who chose the subject for this opera, which was devised for the wedding of his son, the Grand Dauphin, with Marie-Anne of Bavaria. This study focuses on the context in which this particular work, one of the finest in the French lyric repertoire, came into being.