Chaque semaine, une mini-visite virtuelle de L'expo de la mort qui tue, alimenté par le regard d’un chercheur ou d’une chercheuse de l'université de Franche-Comté.

Sophie Montel, enseignant-chercheur en Histoire de l’art et archéologie de la Grèce antique à l’université de Franche-Comté, membre de l'ISTA, a accepté de répondre à nos questions et de nous guider dans l’univers des vanités et des memento mori.

Premier Colloque international sur la Ruse : « Penser et dire la ruse de guerre de l’Antiquité à la Renaissance », Besançon, mars 2018

La journée d’étude internationale « Penser et dire la ruse de guerre de l’Antiquité à la Renaissance » réunira des spécialistes de différentes disciplines pour aborder la thématique de la ruse militaire dans une perspective diachronique. La ruse, que l'on peut définir comme une forme d’intelligence permettant de résoudre une situation problématique et, sans miser sur la force, de prendre un avantage sur un adversaire, a marqué les mentalités, la culture et la littérature occidentale dans son ensemble. En effet, la ruse se pratique mais elle se « pense » et se « dit » également, comme en atteste une tradition littéraire riche qui s’étend de l’Antiquité jusqu’à la Renaissance en passant par le Moyen Âge. C'est précisément au prisme de la littérature et, plus généralement, du discours, que la thématique de la ruse de guerre sera abordée, avec une attention particulière pour son élaboration théorique, culturelle et littéraire.

 

Journée d'étude intitulée « Prêtres et associations religieuses dans les cités de Macédoine et d’Asie Mineure. Compositions sociales, fonctions civiques et manifestations identitaires aux époques hellénistique et romaine », organisée par Julien Demaill (CeThis et ISTA EA 4011) à Tours le vendredi 13 mai 2016.

Affiche / programme.
Compte-rendu par J. Demaill ete G. Labare.